Chef de la foresterie Karataş ; Nous luttons contre les insectes et les maladies nuisibles aux forêts !

Menottes

Entrée de nouvelles : 04.06.2022 – 12:52, Mise à jour : 04.06.2022 – 12:52

Chef de la foresterie Karataş ; Nous luttons contre les insectes et les maladies nuisibles aux forêts !

Nous avons rencontré le gestionnaire forestier Sef Karataş et avons obtenu des informations sur la déforestation, ses causes et ses luttes. Le directeur Karataş a déclaré que la raison de l’assèchement serait causée par le stress et divers facteurs fongiques qui se produisent sur les arbres parallèlement au réchauffement climatique et à la négativité climatique que nous avons connus ces dernières années. Dans les directions de gestion forestière d’Egirdir, d’Isparta et l’autorité de gestion forestière de Burdur de l’administration forestière régionale d’Isparta, qui est liée à ce jour depuis 2002, il est particulièrement efficace dans la fréquence des âges du pin rouge, du cèdre et du genévrier ; Il a déclaré que les recherches se poursuivent concernant les dommages fongiques, qui n’ont pas d’effet évident sur les espèces de mélèzes.

le chef des affaires forestières, Sefa Karataş, dans sa déclaration à ce sujet ; « La province de Burdur est une région géographique qui supporte des conditions climatiques défavorables causées par le passage de la zone climatique méditerranéenne à la zone climatique continentale. Forêts dans une partie des frontières civiles de la province de Burdur et la plupart des frontières civiles de la province d’Isparta dans notre zone de service ; Ce sont des plantations sur des sols où l’emplacement est extrêmement bas. Ces sols sont également très sensibles à l’érosion ; Ce sont nos champs qui sont les plus problématiques dans la lutte contre les dégâts forestiers. Des négativités climatiques se sont ajoutées à ces négativités géographiques et édaphiques dans des zones problématiques dues au réchauffement climatique de ces dernières années ; en particulier dans les zones de plantation, affecte négativement la résistance des peuplements. En raison de conditions climatiques et édaphiques défavorables, on assiste à une augmentation des insectes et des maladies nuisibles à la forêt ; Surtout dans les domaines où ils font des erreurs dans le choix du type et de l’origine, la négativité est encore plus évidente. Certains de ces ravageurs (papillon du cèdre (acleris undulana), puceron du cèdre (cinera cerdi), papillon du cèdre (dichelia cedricola), papillon résineux (diorycria splendideella), papillon du coton) (marchelina hellenica), buvetica (evet) sont des ravageurs des feuilles et des germes tels que les abeilles à feuilles caduques (neodidrine certifer et diprion pini), divers crabes escargots, éponge araignée (lymantria dispar), mauvaise herbe (melolontha hippocastani), pin randonneur (thaumetopoea pityocampa) … Encore jeune et mineur), grosse écorce de sapin scolytes (pityokteines marketea), scolytes à douze dents (ips sextentatus), scolytes du pin méditerranéen (orthotomicus erorus), scolytes du cèdre (orthotomicus tridentatus) les populations de ravageurs posent parfois des problèmes particuliers. dans nos plantations forestières. Dans la lutte contre ces ravageurs, il est destructeur pour l’équilibre écologique. Nous considérons la lutte chimique comme le dernier recours en raison de son effet. Au lieu de cela, nous avons des études sur la transplantation d’insectes bénéfiques vers des méthodes de contrôle mécaniques, des méthodes de contrôle biotechniques (phéromones) et des méthodes de contrôle biologique (formica rufa et calasoma sycophanta), et la production de masse dans un environnement de laboratoire. Cependant, aucun des facteurs nocifs ci-dessus n’est aussi efficace que le principal ravageur de déshydratation que nous avons observé ces dernières années dans nos jeunes zones forestières; cependant, leur présence en intensité est perçue comme un ravageur secondaire. Par conséquent, on pense que la raison du dessèchement peut être causée par le stress et divers facteurs fongiques qui se produisent sur les arbres parallèlement au réchauffement climatique et à la négativité climatique que nous avons connus ces dernières années. Dans notre administration forestière régionale Isparta, Eğirdir, l’administration forestière Isparta et l’administration forestière Burdur, avec lesquelles nous sommes associés depuis 2002, particulièrement efficace dans la fréquence de l’âge du pin rouge, du cèdre et du genévrier ; Les recherches se poursuivent sur la jaunisse fongique, qui n’a pas d’effet évident sur les espèces de pins noirs. Dans les recherches de notre Direction de la Recherche de la Méditerranée Occidentale et de la Faculté de Sylviculture de l’ISUBU, il a combattu le champignon des racines, qui a été diagnostiqué comme phymatotricum. Dans une autre étude menée par notre Direction de la recherche en Méditerranée occidentale, il a combattu le champignon des racines, qui a été diagnostiqué comme étant le cromartium ribicola, l’agent fongique qui cause la maladie. Les employés de la Faculté de foresterie de l’ISUBU ont déclaré que le champignon pourrait être une espèce de sphaeropsis sapinea. Cependant, on nous a dit qu’aucune condition fongique n’a été trouvée dans 1/3 des cultures prélevées. Des échantillons internes pour l’analyse du sol et des feuilles ont été prélevés entre les deux; Dans la zone à problème, les observations ont été réalisées dans 3 zones tests différentes dans 4 parcelles (division, élagage, élagage-division, comparaison). Il a donné l’information. Hatice Alhan

Leave a Comment