Améliorer les retraites des médecins

Un projet de loi précédemment soumis à la Grande Assemblée nationale de Turquie sur un supplément forfaitaire reçu du fonds de roulement par les médecins associés au ministère de la Santé a été retiré car il a rencontré une réaction d’autres professionnels de la santé. La loi a été remaniée pour couvrir tout le personnel de santé publique, y compris les universités, et a été présentée à la présidence de la Grande Assemblée nationale de Turquie avec les signatures des représentants du parti AK. La proposition, composée d’un total de 14 articles, devrait être adoptée avant que le Parlement ne fasse une pause.

Selon la proposition, les montants ci-dessus des paiements supplémentaires provenant des recettes du fonds de roulement au personnel qui ne fait pas partie de l’organisation centrale du ministère de la Santé seront augmentés. Le montant de la rémunération complémentaire ci-dessus est calculé en fonction du pourcentage des rémunérations et honoraires mensuels accessoires (hors frais de bureau, de représentation et de fonctions) que le personnel concerné percevra au cours du mois. Les anciens et nouveaux ratios, selon le titre, sont les suivants :

De 800% à 950% pour les professeurs et maîtres de conférences nommés au corps des éducateurs et médecins spécialistes,

De 700 à 850 % avec des médecins spécialistes et des spécialistes dentaires,

Entre 500 et 650 % des médecins généralistes et dentistes et pharmaciens spécialistes,

De 250 à 305 % avec les directeurs d’hôpitaux et les pharmaciens,

Pour les autres membres du personnel, il passera de 150 % à 225 %.

Les taux de 950 et 850 % pour les paiements supplémentaires en échange de procédures médicales spéciales seront multipliés par cinq. Le taux de 225% s’appliquera à 260% pour le personnel travaillant dans les soins intensifs, la maternité, la néonatalité, le nourrisson, les brûlés, la dialyse, la salle d’opération, les infections, la santé mentale nécessitant des soins spéciaux, la transplantation d’organes et de tissus et les cas de services d’urgence.

Le personnel universitaire, qui était exclu dans la proposition précédente, est également inclus. Parallèlement au personnel du ministère de la santé, les montants forfaitaires des majorations pour les enseignants universitaires et le personnel de santé ont été augmentés.

BUDGET – FINANCÉ

Les paiements supplémentaires fixes à verser aux organisations centrales et provinciales du ministère de la Santé, aux universités et au personnel de l’Institut de médecine légale seront couverts par le budget du gouvernement central pour déduire les paiements supplémentaires à effectuer des revenus du fonds de roulement. Le ministère de la Santé pourra utiliser ses revenus du fonds de roulement, tous les fonds reçus de l’Institut d’assurance sociale et d’autres fonds à l’exception des dons, des intérêts et des revenus locatifs pour distribuer des paiements supplémentaires au personnel.

AUGMENTATION DES PENSIONS MÉDICALES

Le montant des compléments versés depuis 2018 aux médecins retraités du secteur public va augmenter. L’indicateur de majoration pour les médecins spécialistes et les dentistes qui ne perçoivent pas d’honoraires médicaux passera de 17 000 à 26 000, et l’indicateur pour les non-spécialistes de 13 000 à 20 000. Ainsi, les pensions seront augmentées de 2 119 TL, soit 1 648 TL. Pour ceux qui ont vingt-cinq ans de service, les pensions des médecins et dentistes spécialistes passeront de 10 402 TL à 12 521 TL, et la pension des médecins et dentistes non spécialistes de 9 460 TL à 11 108 TL.

De ce décret voté en 2018, il ne peut être utilisé que par les médecins entrés dans la fonction publique avant 2008. La proposition stipule que les médecins qui commencent leur service civil après le 1er mai 2008 et qui sont soumis à la loi no. 5510 bénéficient également de surtaxes.

L’augmentation des pensions des médecins affectera les pensions dès le début du mois suivant la proposition.

AMNISTIE PARTIELLE POUR DETTES HOSPITALIERES

Une facilité de paiement et une remise seront accordées pour les dettes de traitement jusqu’au 31 décembre 2021 de ceux qui, pour une raison quelconque, ne peuvent pas avoir d’assurance maladie pendant la période pendant laquelle les services de santé sont fournis par les établissements de santé du ministère de la Santé. Pour ceux qui remboursent la moitié de la dette en plusieurs versements ou en espèces dans un délai d’un an, la dette restante et les intérêts moratoires seront effacés. Les dettes d’un montant de 5 000 lires ou moins seront complètement effacées. Il ne sera pas nécessaire de payer des dettes inférieures à cinq mille lires.

Les articles seront suspendus contre ceux qui paient à l’avance, et contre ceux qui paient en plusieurs fois seront suspendus jusqu’à ce que le paiement soit effectué.

« SI ELLE EST CORRECTEMENT APPLIQUÉE, ELLE ÉTABLIT LA JUSTICE »

Le président de Health Sen, Semih Durmuş, a déclaré que les agents de santé avaient subi des pertes économiques importantes pendant la pandémie en raison de la baisse des revenus des hôpitaux dans le fonds renouvelable pendant la pandémie, et que leurs revenus avaient été réduits jusqu’à 50 %. Durmuş a déclaré que les étapes positives du projet de loi signifient voir la victimisation sur le terrain. Durmuş a déclaré que les paiements supplémentaires aux agents de santé prévoyaient le passage d’un système de paiement basé sur les hôpitaux à un système de paiement du budget central, et qu’ils pensaient que, s’il était correctement mis en œuvre, cela établirait la justice s’il n’était pas violé par la réglementation.

Leave a Comment