Le studio où les journalistes ont mis à l’ordre du jour l’annulation du concert de Melek Mosso a été scellé

La municipalité d’Isparta a scellé un studio dans lequel des journalistes ont soulevé la question de l’annulation du concert de Melek Mosso.

Selon Yusuf Yavuz d’Odatv, l’annulation du concert de Melek Mosso a été critiquée lors de la dernière diffusion de l’émission Labyrinthe, diffusée sur les réseaux sociaux par les journalistes Enver Taha Aydın, Muhammed Uslu et Lokman Kumcu.

Le lendemain de la diffusion de l’émission, le mardi 31 mai, l’équipe de police de la municipalité d’Isparta a scellé le studio et le bureau où l’émission était diffusée.

Il a été déclaré que l’émission Labyrinth, diffusée sous la modération du journaliste Muhammad Uslu, avait d’importants adeptes dans la ville, et le scellement du lieu de travail du studio après l’épisode au cours duquel l’annulation du concert de Melek Mosso a fait l’objet de critiques a attiré attention.

« NOUS AVONS DIT SEULEMENT LA VÉRITÉ »

Le journaliste Muhammed Uslu, propriétaire du studio, qui a pris la parole après le processus d’estampillage, prétendument ordonné par le maire d’Isparta Şükrü Başdeğirmen, a déclaré : « Nous avons couvert environ 2 000 sujets dans nos près de 80 programmes Labyrinthe, que nous avons organisés aux Studios Uslu Medya. Comme condition d’un journalisme impartial, Isparta Mayor Nous avons des opinions positives ainsi que ses critiques. Il ne s’agit pas seulement du maire, mais aussi des députés, des partis politiques et des bureaucrates, nous avons donc eu des critiques de tous les segments. Il n’y a eu aucune correction, désapprobation ou action en justice dans aucun des programmes du Labyrinthe sur lesquels nous avons travaillé jusqu’à présent. Bien que nous ayons critiqué, nous n’avons pas été traduits en justice. Parce que la plainte n’a pas été déposée. Nous n’avons dit que la vérité et l’avons transmise au public Monsieur le Maire, s’il y a injustice, illégalité, diffamation ou insulte liée aux questions dont nous avons discuté, je voudrais qu’il le porte devant les tribunaux. Il a dit

“SUIVONS LE MAIRE”

Il n’est pas sans précédent dans l’histoire du monde que le maire scelle son bureau des médias. Cela ne se produit que dans les pays de troisième classe à travers le monde. La presse ne peut pas être réduite au silence de cette manière, elle ne peut pas être réduite au silence. Nous faisons notre programme à partir de la rue, de la montagne, du salon de notre maison et nous informons nos gens de la manière la plus précise. Cette pratique est injuste, illégale ; Scandaleux pour le moins. Aujourd’hui, cette application adressée à Uslu Media est en fait rendue gratuite au public pour recevoir des informations, à des centaines de milliers de nos concitoyens qui regardent l’émission Labyrinthe. Le bâtiment dans lequel nous nous trouvons a environ 50 ans. Jusqu’à présent, des dizaines d’entreprises et d’établissements d’enseignement ont travaillé dans ce bâtiment. Ceci est documenté par des photographies. Pour une raison quelconque, je laisse ce processus de scellement, qui n’a été appliqué à personne depuis 50 ans, à Uslu Media, à la discrétion de notre peuple, avant que 24 heures ne se soient écoulées depuis la diffusion du programme Labyrinthe. Nous regrettons la condamnation du maire d’Isparta, Şükrü Başdeğirmen, pour cette pratique. »

L’ÉPOUSE DU PRÉSIDENT ÉTAIT AUSSI LÀ

Uslu a déclaré: “Notre date de diffusion était le lundi 30 mai.” et a raconté ce qui s’est passé: “Ce jour-là, nos micros-cravates ont cessé de fonctionner 10 minutes avant le début du programme. La fréquence de nos micros-cravates fonctionnant avec la fréquence radio qu’elle est confus.A cette époque devant le bâtiment était le maire adjoint Fahrettin Gözgün.C’est.

Dernier; Alors qu’une équipe d’environ 15 personnes venues sceller Uslu Medya a fermé la porte, devant le bâtiment se trouvait Şadiye Başdeğirmen, l’épouse du maire Şükrü Başdeğirmen.

Je pense que ce sont des coïncidences, elles n’ont jamais eu de but malveillant ou autre.”

RÉPONSE DU JOURNALISTE

Mustafa Baş, président de l’Association des journalistes d’Isparta, a déclaré dans un communiqué : “Je regrette d’apprendre qu’Uslu Medya, propriété de notre collègue Muhammad Uslu, a été scellé par des équipes municipales. Si l’affaire est portée devant la justice, elle sera finalement être décidé par les tribunaux. Bien sûr, il n’est pas possible d’avoir une discussion sur la dimension juridique Taha Aydın et Lokman Kumcu, au 31 mai 2022. À ce moment-là, nous considérons qu’il est judicieux qu’un tel processus soit mené . Nous, en tant que société de journalistes d’Isparta, déclarons que nous sommes toujours avec nos collègues et condamnons les actions entreprises.

Leave a Comment