Les personnes handicapées sont en difficulté, la politique du handicap s’est effondrée

Zafer Kiraç * [email protected]

Nous traversons des années très difficiles économiquement et politiquement. Pour l’avenir, nous pouvons dire que des jours encore plus difficiles nous attendent. Alors, que vivent les personnes handicapées de nos jours ? Hakan Özgül, un défenseur des droits humains connu pour ses contributions à des années d’études sur les rapports sur le handicap et ses importantes activités de plaidoyer, a répondu à nos questions.

Özgül, qui travaille comme consultant et manager dans diverses ONG, plateformes et institutions et organisations privées depuis 2000, a pris des responsabilités à différents niveaux de l’Association pour les droits sociaux et la recherche (TOHAD). Özgül, qui a également participé à diverses études de rapport devant les Nations Unies et l’Union européenne sur les droits de l’homme des personnes handicapées, a préparé de nombreux articles et publications dans ce domaine, préparé de nombreux rapports d’accessibilité sur diverses institutions et organisations, et mené diverses activités de formation.

‘NOUS NE SOMMES PAS LE DEUXIÈME DES 3 PAYS DU MONDE DANS LA VIE QUOTIDIENNE’

Pouvez-vous évaluer ce que nous faisons en termes de droits des personnes handicapées en termes de loi et de pratique ?

Les droits de l’homme des personnes handicapées en Turquie sont également assez problématiques en termes de droit et de pratique. Des changements importants ont été apportés à la législation, par exemple, il est devenu partie aux conventions internationales des droits de l’homme. Cependant, une loi relative à la discrimination directe reste en vigueur. Par exemple, dans la loi no. 1700 sur les officiers de médecine interne, qui définit les conditions des titres tels que gouverneur, gouverneur de district, gestionnaire de la population, directeur de succursale, chef : (…) “Ceux qui reçoivent des rapports du conseil plénier de l’hôpital d’État ont la capacité de travailler dans toutes les conditions climatiques du pays et de voyager par tous les moyens » Il y a une expression telle que (…).

Et encore une fois, dans la loi sur les fonctionnaires no. 657, stipule que les personnes handicapées ne peuvent pas être affectées à des organisations étrangères. L’article 122, qui réglemente la définition et l’interdiction de la discrimination en tant qu’infraction pénale dans le Code pénal turc, a été modifié en 2014 et stipule que la discrimination ne peut être commise que par haine. Ainsi, à ce jour, personne n’a été condamné pour crime de discrimination ni enquêté ou poursuivi. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de discrimination en Turquie. Au contraire, il explique que le crime de discrimination est interdit par la loi.

La loi sur le handicap de 2005 (loi n° 5378) est décrite par certains comme une révolution. Mais à notre avis, il a défendu le langage et les paradigmes il y a au moins 30-40 ans. Il ne serait pas réaliste de s’attendre à ce que la réglementation qui définissait les personnes handicapées avec un langage il y a 30-40 ans et n’ait provoqué aucun changement dans l’État et la société, élimine les problèmes auxquels les personnes handicapées sont confrontées dans la vie quotidienne.

D’autre part, avec la législation actuelle, la situation en Turquie est un état de fait complet. Des aménagements qui semblent être une manifestation complète de la civilisation ne peuvent trouver vie dans la vie quotidienne. Par exemple, selon nos lois, les véhicules de transport en commun, les routes, les trottoirs, tous les espaces publics seraient disponibles d’ici 2012. La période a été prolongée lorsque la disponibilité n’a été atteinte qu’en 2012. Chaque année, à l’expiration du délai prorogé, ce délai est à nouveau prorogé par le Parlement. Nous sommes en 2022 et il est encore impossible de parler de Turquie accessible.

Par conséquent, certains des problèmes dans ce domaine découlent de la législation et d’autres de la pratique. Nous sommes sur le papier selon certaines réglementations comme les pays scandinaves, mais dans la vie de tous les jours nous ne sommes pas différents des pays du tiers monde.

Hakan Ozgul

“NOUS DEVONS ÊTRE MOTIVÉS POUR ORGANISER ET ÉTENDRE LA LUTTE”

Quelle voie suivre pour plaider sur un terrain sain pour l’acquisition des droits des personnes handicapées en Turquie ?

Les militants, les ONG, les politiciens et la société sur le terrain doivent être conscients du problème du handicap. La condition préalable à cela est les principes universels des droits de l’homme. Par exemple, dans de nombreuses organisations, il n’est pas possible de parler des dimensions de la discrimination intersectionnelle. Vous ne pouvez même pas citer les LGBTI+, les Kurdes, les Alévis, les Roms en situation de handicap. Il n’y a pas de travaux dans ce domaine. Par conséquent, tout d’abord, nous devons apprendre qu’il s’agit d’une question de droits de l’homme et que la notion de droits de l’homme ne peut pas être vidée. Pourtant, la question du handicap est encore évoquée en termes de compassion, de compassion et de bienveillance. Il est important d’abandonner ce point de vue immédiatement. Nous devons travailler ensemble sur la base que les personnes handicapées jouissent de leurs droits et libertés.

Il y a donc obligation de se retrouver sur le bon terrain pour plaider. Ce qu’il faut faire ensuite, c’est réfléchir aux outils que le plaidoyer utilise sur le terrain. Par exemple, nous devons très bien connaître le terrain et surveiller et rendre compte de ce qui se passe à chaque période et dans chaque champ. Nous devrions organiser autant de formations et de colloques que possible avec les bonnes perspectives pour tous les segments et l’étude de la sensibilisation à travers le litige stratégique, le lobbying, les communiqués de presse, les réseaux sociaux et les médias classiques. Bien sûr, il y a un grand besoin d’une organisation élargie de toutes ces études. Autrement dit, nous devrions être peut-être plus motivés à nous organiser et à nous engager dans une lutte élargie.

Nous avons 20 ans de règne devant nous. Qu’est-ce qui a été promis et qu’est-ce qui a été fait dans le processus?

Le gouvernement actuel a reçu un grand soutien des personnes handicapées et de leurs familles au fil des ans. Les personnes handicapées ont été l’un des bureaux de vote importants du gouvernement, mais nous constatons qu’il a largement perdu ce soutien, surtout récemment. Bülent Küçükaslan, qui travaille dans le domaine depuis des années, a déclaré dans un communiqué : “Si nous revenons aux conditions d’il y a 20 ans, nous avancerons d’au moins 50 ans”. Il est impossible de ne pas accepter cette attitude frappante. Pour; Contrôles sur la torture, le handicap, les soins à domicile et les pensions, la torture dans le signalement du handicap, la victimisation à l’exception du SCT dans les achats de voitures, l’accès aux outils, équipements et matériels médicaux, les personnes handicapées KHK, l’accessibilité, la situation économique, la pauvreté et de nombreux autres sujets . dépassé la taille à expliquer.

« LA TURQUIE A UN BUDGET INCROYABLEMENT GROS »

Nous constatons qu’il y a de grandes difficultés à accéder aux fauteuils roulants et autres nécessités. D’où vient le problème et comment le résoudre ?

Le côté technique est très détaillé, mais en termes de compréhensibilité, nous pouvons dire à tout le monde ce qui suit. Récemment, le ministre Nurettin Nebati a déclaré : (…) Ce système profite aux producteurs et aux exportateurs, sauf ceux à faibles revenus. » Il a fait une déclaration comme (…) et a ajouté : “On préfère ça.”

La Turquie a un budget incroyablement important. Le gouvernement alloue environ 3,5 % du budget total aux politiques sociales. En revanche, il transfère 13,7 % du budget total aux intérêts. C’est l’une des raisons des problèmes qui surviennent dans ce domaine.

Ce budget sera-t-il transmis au public ou sera-t-il dirigé en dehors du public ? Il est très clair que ce budget n’a pas été transmis au public en Turquie. Je voudrais décompresser cela avec quelques exemples. Les personnes handicapées, les malades et les personnes âgées ont besoin d’outils, d’équipements et de matériel médicaux pour continuer à vivre. Ces outils, équipements et matériaux sont fournis par SGK.

Est-ce fourni par le biais de la SGK, dont le président Erdogan a fait l’éloge le 3 décembre 2021, en disant : « Nous avons apporté en Turquie le système de sécurité sociale le plus complet au monde » ?

Voyons s’il en est vraiment ainsi ? Le montant que SGK paie pour un fauteuil roulant à main est de 550 TL. Les pires (inutilisables) sur le marché sont à 1 200 TL. Je pense que je peux l’utiliser, vous pouvez dire que mon argent est suffisant, 7-8 mille TL, 30-35 mille TL si vous dites que j’ai acheté ce qui convient à mon corps et à ma condition physique, 30-35 mille TL, le montant payé par SGK pour les fauteuils roulants manuels légers de classe est de 1 320 TL. Le pire sur le marché est de 20 000, si vous dites que je pouvais obtenir ce que je voulais, 60 000 TL.

SGK paie 3 750 TL pour une chaise électrique. Si vous dites que vous l’utiliserez pendant 1 à 2 ans, c’est environ 10 000 TL, la moyenne est de 60 à 70 000 TL, je veux quelque chose de bien, 250 à 300 000 TL si vous dites que cela convient à ma taille et à mes caractéristiques, SGK paie 500 TL si vous souhaitez renouveler la batterie de la chaise électrique. Le pire sur le marché est de 4 000 TL, si vous voulez acheter une bonne batterie, c’est 10 000 TL.

Le montant que SSI paie pour un fauteuil roulant pour bébé que les enfants peuvent utiliser est de 1 320 TL. Il n’y a pas de produits de moins de 15 000 sur le marché !

Le montant que SSI paie pour un matelas pneumatique qui prévient les escarres est de 255 TL, le pire matelas du marché, même ceux qui doutent de l’utiliser ou non, 2 000 TL. Encore une fois, le montant que SSI paie pour un matelas qui prévient les escarres est de 88 TL, et nous devons payer 8 à 10 000 TL pour le matelas que vous devez vraiment acheter pour vous protéger des escarres.

Les aides auditives, les orthèses/prothèses et de nombreux outils auxiliaires ont de faibles montants de compensation ou ne sont pas utiles. En revanche, les ascenseurs pour patients, les équipements de salle de bains et de toilettes et de nombreux autres équipements médicaux ne sont pas couverts par le SSI. Encore une fois, les citoyens paient chaque mois des différences insupportables pour de nombreuses fournitures médicales utilisées par les personnes handicapées et les patients. Les citoyens ayant besoin de soins palliatifs sont livrés à eux-mêmes. Nous avons peur de surveiller quotidiennement l’état des enfants atteints de SMA.

Si oui, comment la Turquie peut-elle avoir le système de sécurité sociale le plus complet au monde ? Les citoyens sont soumis à une politique stricte de remboursement des SSI, à la hausse des taux de change et à une inflation dévastatrice, et luttent contre une profonde pauvreté.

Que diriez-vous au nom des personnes handicapées ?

Je ne sais pas si ce gouvernement peut dire un mot pour les handicapés, mais ils devraient le savoir. J’ai honte de dire ici quelles méthodes SSI, qui ne paie pas correctement les couches, poussent les citoyens. Les personnes handicapées essaient de maintenir leur vie dans une grande pauvreté. Alors que certains vivent dans le luxe, une partie importante de la population essaie de vivre dans des conditions incroyables.

* Travailleur des droits de l’homme

Leave a Comment