Une « bibliothèque des martyrs » a ouvert à Şırnak au nom de 19 martyrs

“Martyres…

La “Bibliothèque des martyrs” a été ouverte, créée au nom de 19 agents de sécurité, policiers et soldats morts lors de l’attaque de l’organisation terroriste à différentes dates à Şırnak et ses environs.

La bibliothèque, créée au lycée Kumçatı Anatolian par l’Association des jeunes de Yeşeren et l’Association des femmes de Şırnak, qui opère à Şırnak, a été ouverte par le vice-ministre de l’Intérieur Mehmet Ersoy, le gouverneur de Şırnaka Osman Bilgin, le maire Mehmet Yarka et les familles des martyrs.

Dans son discours d’ouverture, le vice-ministre de l’Intérieur Mehmet Ersoy a déclaré : « La Turquie paie ici des prix très élevés depuis 40 ans. Non seulement nos pertes matérielles, mais aussi nos pertes sociales, nous avons subi de lourdes pertes en vies humaines. Nous avons tué des milliers de personnes. de nos soldats, gendarmerie, police et gardes villageois. Mais nous avons perdu des milliers de nos civils, nos bébés, nos enfants, nos bébés, nos épouses. Ils ont été brutalement introduits clandestinement dans les montagnes à l’âge de 13-15 ans et ont massacré nos enfants, à qui ils ont donné des armes à nos propres frères, à nos ancêtres, à nos paysans, à nos voisins. Nous avions des gens de foi forte, des gardes et des paysans qui n’accepteraient jamais la terre occupée. sens important de leur vie. Après le 15 juillet, sous la direction de notre président, toutes les institutions et organisations de notre État sont arrivées ces jours-ci avec la détermination d’une lutte totale, peu importe d’où vient la terreur, à l’intérieur ou à l’extérieur. Silopi, Uludere, Beytüşşebap qui voit son avenir dans la paix et la sécurité. Alhamdulillah, toute notre géographie est comme ça. Nous avons réussi à faire en sorte que la vie continue à Hakkari, Şırnak et Siirt, tout comme la vie continue à Kütahya, Elazığ et Uşak. Nos martyrs et des centaines d’autres, dont la devise est de protéger leur patrie au détriment de la vie, qui n’ont jamais renoncé à leur foi, ont fait de grands efforts dans ce sens. Que Dieu vous bénisse tous. Notre peuple sait très bien que ces jours que nous voyons sont leur œuvre et qu’ils sont le résultat de leur lutte. Avec ces bibliothèques ou les commémorations cycliques auxquelles nous assistons, le but de chacun d’entre nous n’est en aucun cas de renouveler sa douleur, de se remémorer ces jours, de ne pas être triste. Au contraire, que nous commémorons fièrement nos martyrs, que plus personne ne joue avec nous, que personne ne soit tenu pour responsable de la vie et du sang de nos enfants, que personne ne se cherche un avenir en abusant de nos enfants, que personne dans ce pays, en Amérique et à d’autres peuples. Nous le faisons pour nous en souvenir avec force afin qu’il ne tombe pas dans le piège du jouet impérialiste. Nous n’oublierons pas le massacre, nous n’oublierons pas leurs assassins, nous n’oublierons pas nos martyrs, nous n’oublierons pas ceux qui ont tué nos femmes et nos enfants, nous ne nous retrouverons pas non plus comme si de rien n’était, nous n’en viendrons pas non plus aux ruses de ceux qui les embellissent, nous n’irons pas non plus après la prison et rendre visite à leurs patrons, et essayer d’avoir l’air mignon et en quelque sorte faire des partenariats sales avec eux. Nous viendrons aux jeux de ceux qui veulent installer. Nous sommes avec notre peuple, nous sommes avec les précieuses familles de nos martyrs. Nous sommes ensemble avec nos soldats, policiers et gardes de sécurité, mais ensemble nous sommes essentiellement, pas en paroles. Nous savons très bien ce que cela signifie d’être avec eux et ce que cela signifie. Nous ne rendons pas public sans honte car nous ne faisons pas de politique en lisant miséricorde à nos martyrs et en marchant main dans la main avec les meurtriers de nos martyrs, comme quelqu’un d’autre. Sous la direction de notre président Erdogan, nous nous dressons fermement contre ceux qui signifient l’avenir, l’avenir, l’unité, la solidarité, l’intégrité, le désir du peuple de vivre ensemble et la fraternité de ce peuple, et nous n’hésitons pas à exprimer que dans n’importe quel environnement. Je souhaite le meilleur à notre bibliothèque. Que Dieu ne permette plus jamais que vous ressentiez une telle douleur. Plus jamais aucune de nos mères ne devrait pleurer dans cette géographie et aucune mère ne devrait ressentir la douleur de perdre un enfant dans son cœur », a-t-il déclaré.

Le gouverneur de Şırnak, Osman Bilgin, a déclaré : « Un pays devient une patrie s’il y a des martyrs, s’il y a des gens qui se battent pour ce pays. Les pays anatoliens sont des pays qui sont devenus leur patrie après de très graves combats, que la République de Turquie et les pays avant ils ont fait de ces pays leur patrie pendant mille ans. Pendant cette période, nous avons eu de nombreux martyrs. Surtout nos compatriotes de Şırnak ont ​​mené de grandes batailles pour continuer notre Şırnak et notre pays comme notre patrie. Cette lutte est une grande lutte. Nous n’avons jamais oublié notre martyrs et nous ne les laisserons pas tomber dans l’oubli.Hatice Atan, présidente de l’association a dit du très bon travail.En ce sens ils donnent l’exemple à nos jeunes dans notre ville.Ils nous montrent de la meilleure façon ce que signifie la patrie pour nos jeunes, ce que signifie être un martyr, ce que signifie se battre, comment ces pays à la suite de la lutte sont devenus une patrie et cela semble toujours ici. Dans cette bibliothèque, et nos enfants nous montrent nos martyrs. Oubliez “comment ces pays sont devenus une patrie et comment ils continuent en tant que patrie, s’éduquant pour éclairer l’avenir”, a-t-il déclaré.

Le maire de Şırnak, Mehmet Yarka, a également déclaré: “Il règne une très belle atmosphère de paix dans la région. Şırnak est devenu une zone d’activité. C’est grâce à nos héros. Ce n’était pas possible dans le passé, maintenant nous voyageons chaque pouce de ces montagnes. une grande chose spirituelle. Il aura toujours une place dans nos cœurs “, a-t-il déclaré.

Hatice Atan, présidente de l’Association des femmes de Şırnak, Shining a Light on the Future, a déclaré : « Şırnak a toujours été connue pour le terrorisme, mais Şırnak est l’une des villes qui compte le plus grand nombre de martyrs dans cette ville. Nous présentons notre bibliothèque à tous nos enfants. C’est un travail de cœur, c’est un travail d’équipe. Merci”, a-t-il déclaré.

Après le discours, une prière pour les martyrs a été offerte. Après la prière, la bibliothèque du martyr a été ouverte. Ensuite, le vice-ministre de l’Intérieur Mehmet Ersoy, le gouverneur Bilgin et leur entourage ont visité la bibliothèque et parlé aux étudiants. Plus tard, le drapeau turc a été remis aux familles des martyrs. Pendant leurs études à la bibliothèque, les élèves jouent également à des jeux qui améliorent l’intelligence, comme les échecs.

Ouvert à Şırnak

Ouvert à Şırnak

Leave a Comment