Quelle procédure est pratiquée dans le traitement des sarcomes intra-abdominaux ?

Dans la population adulte, les sarcomes des tissus mous abdominaux et pelviens sont généralement de grandes masses au moment du diagnostic, car ils sont généralement cliniquement silencieux ou provoquent des symptômes vagues ou légers jusqu’à ce qu’ils attaquent ou compriment les organes vitaux. Les caractéristiques d’imagerie des sarcomes abdominaux et pelviens et des sarcomes de la paroi abdominale peuvent être non spécifiques et se chevaucher avec des conditions pathologiques plus courantes, ce qui rend le diagnostic difficile ou, dans certains cas, retardé.

Qu’est-ce qu’un sarcome intra-abdominal ?

Les tissus exprimés sous forme de sarcome intra-abdominal, ou tissus mous, servent de structure et de support autour de divers organes et tissus du corps ; tissu adipeux, groupes musculaires, tissus formant des vaisseaux sanguins et tissus conjonctifs. Un vaste sous-type de cancer qui provient de ces tissus est connu sous le nom de cancer des tissus mous. Le cancer des tissus mous peut provenir de n’importe quelle partie du corps; Selon le type de cellule à partir de laquelle le tissu tumoral se développe, il peut présenter différentes caractéristiques biologiques et cliniques.

Les types cliniques les plus courants de cancer des tissus mous peuvent être résumés comme suit :

liposarcome : Le liposarcome se développe à la suite d’un cancer des cellules du tissu adipeux dans le corps. Il peut se produire dans n’importe quelle partie du corps où il y a du tissu adipeux. C’est le sous-type le plus courant de toutes les tumeurs des tissus mous.

léiomyosarcome : Ce sont des tumeurs qui proviennent de groupes de cellules appelées muscles lisses situés dans les tissus qui composent les organes internes tels que le système digestif, le système excréteur ou le système reproducteur.

rhabdomyosarcome : Le rhabdomyosarcome se développe lorsque les muscles squelettiques responsables des mouvements du corps deviennent cancéreux et se multiplient de manière incontrôlable. C’est la tumeur des tissus mous la plus fréquente chez l’enfant et l’adolescent.

Le liposarcome (liposarcome bien différencié et dédifférencié), le léiomyosarcome et la tumeur stromale gastro-intestinale (GIST) sont les sarcomes primitifs intra-abdominaux les plus fréquents.

Quelles sont les raisons?

Comme pour les autres cancers, la cause sous-jacente du cancer des tissus mous n’est pas connue avec précision. Cependant, des études scientifiques ont montré que certains facteurs augmentent le risque de développer un cancer des tissus mous.

Quels sont les facteurs de risque du cancer des tissus mous ?

Prédisposition génétique: Une proportion importante de cancers des tissus mous sont observés dans la famille, en particulier chez les personnes ayant des antécédents de cancer similaire chez leurs parents au premier degré. Le risque de développer un cancer des tissus mous s’est avéré élevé chez les personnes atteintes de syndromes de mutation génétique pouvant entraîner la formation de cellules cancéreuses. Certains de ces syndromes peuvent être répertoriés comme le syndrome de Gardner, la sclérose tubéreuse, la neurofibromatose, le syndrome de Li-Fraumeni.

Produits chimiques : Les personnes exposées à des produits chimiques ont un risque accru de développer un cancer des tissus mous.

infections : Un cancer des tissus mous peut survenir si des infections virales telles que le HHV-8 se développent.

Radiation: Le risque de développer un cancer des tissus mous dans différentes parties du corps augmente à long terme en raison d’applications telles que la radiothérapie dans lesquelles de fortes doses de rayonnement sont administrées.

Quels sont les symptômes?

Symptômes cliniques causés par le cancer des tissus mous ; Elle varie en fonction de différentes conditions telles que la localisation de la tumeur, sa taille, ses caractéristiques biologiques, sa relation avec les tissus environnants, la présence de métastases. Cependant, des symptômes tels qu’un gonflement ou une raideur limités dans la zone où la tumeur s’est développée, une douleur due à la pression de la masse sur les tissus environnants, une restriction des mouvements en fonction de la taille et de l’emplacement de la masse, un rétrécissement ou une obstruction de l’intestin et une détresse respiratoire peuvent être observés.

Comment est-il diagnostiqué ?

Un patient suspecté d’un cancer des tissus mous est d’abord examiné en détail par un examen physique et une imagerie radiologique, puis une biopsie de la masse détectée est prévue.

Ultrason: L’échographie est l’une des méthodes préférées pour l’évaluation initiale de la taille de la masse, de ses propriétés physiques et de ses relations avec les tissus environnants. Il est particulièrement souhaitable dans les masses superficielles facilement accessibles.

Tomodensitométrie (TDM) : La tomodensitométrie peut être utilisée pour évaluer la taille, les caractéristiques physiques et la distribution de masse dans les masses trouvées dans les tissus profonds, en particulier dans l’abdomen ou la poitrine.

Imagerie par résonance magnétique (IRM) : Étant donné que les tumeurs des tissus mous peuvent présenter des caractéristiques similaires à celles des tissus sains, une évaluation détaillée des tissus peut être nécessaire. IRM ; La préférence peut être donnée à l’évaluation car elle offre une imagerie plus détaillée que la TDM.

TEP-CT : Dans la méthode PET-CT, qui permet de scanner tout le corps à la recherche de masses cancérigènes, une substance spéciale permettant la coloration des cellules cancéreuses est injectée par voie intraveineuse. De cette façon, des données importantes pour la planification du traitement du cancer sont obtenues.

Comment est-il traité ?

Dans le cancer des tissus mous, le traitement dépend du stade de la maladie ; La taille de la masse, son extension, si elle métastase, si elle pénètre les tissus environnants, varie selon les sujets. Étant donné que les cancers des tissus mous sont un nom général donné à plus d’un sous-type de cancer pouvant présenter des caractéristiques cliniques différentes, le type diagnostiqué après un examen pathologique peut également influencer la décision de traiter.

chirurgie robotique : L’ablation chirurgicale de la tumeur est la première étape du traitement des masses détectées à un stade précoce, qui n’ont pas métastasé et qui ne se sont pas sérieusement propagées aux tissus environnants. Une incision minimale et un succès maximal peuvent être obtenus avec des techniques chirurgicales laparoscopiques et robotiques.

Chimiothérapie chaude : Des régimes de chimiothérapie à chaud consistant en différentes combinaisons de médicaments peuvent être appliqués en fonction des caractéristiques pathologiques de la tumeur avant, après ou indépendamment de la chirurgie.

Radiothérapie: Après une intervention chirurgicale ou avec une chimiothérapie, la radiothérapie peut être administrée à une dose et à un moment déterminés par le patient pour retirer rapidement la masse tumorale ou éliminer les cellules cancéreuses qui ne peuvent pas être éliminées par des méthodes chirurgicales.

Leave a Comment