Le coût de l’énergie dans le métro a atteint 23%

Merve YİĞİTCAN

Organisée par l’Union Internationale des Transports Publics (UITP), avec la participation de plus de 300 représentants d’ONG, d’universitaires et de plateformes internationales, la conférence de l’UITP qui s’est tenue sur le thème « Financière, commerciale et continuité des affaires après la pandémie de la région eurasienne » est l’une des les succursales de la municipalité métropolitaine d’Istanbul Il s’est tenu à Istanbul, organisé par Metro Istanbul, et lors d’une conférence avec plus de 300 participants, Özgür Soy, PDG de Metro Istanbul, a donné des évaluations du secteur lors d’une session intitulée “Les transports publics à l’époque ‘.après la pandémie’.

Déclarant qu’au cours des premiers mois de l’épidémie, le nombre de passagers est tombé à 200 000, mais qu’au cours des derniers mois avant l’épidémie, ils ont enregistré une moyenne quotidienne de 2 millions et demi, Soy a souligné que de fortes augmentations de tous les coûts avec une perte de revenus ont forcé l’entreprise. Rappelant qu’avec une augmentation de prix de 40 % en avril 2022, le prix total du billet a atteint 7,67 lires, Soy a déclaré : « Malgré cela, notre niveau de revenus n’a pas atteint un niveau qui pourrait couvrir nos coûts. Nous sommes une branche publique, nous existons pour servir le public. Notre première priorité est de fournir un service ininterrompu en toutes circonstances. Notre objectif n’est pas de faire du profit en tant qu’entreprise du secteur privé, mais pour la pérennité de l’entreprise, nos revenus doivent couvrir nos coûts. »

Notre facture mensuelle passera à 109 millions de TL

Soulignant l’impact négatif de la récente hausse des coûts de l’énergie sur l’industrie, Soy a poursuivi : « En regardant en arrière au cours des 5 dernières années, nos prix des billets ont augmenté de 7,22 fois, tandis que l’IPP en dollars a augmenté de 4,86 ​​fois. Tous ceux qui opèrent dans le secteur des transports en Turquie savent très bien qu’une partie importante de nos dépenses est en dollars, c’est pourquoi nous devons compter en dollars. Pour expliquer la différence évidente entre les années, il suffit de dire la comparaison suivante ; Alors que le plein prix du billet était de 1,15 $ en 2010, il est tombé à 0,44 $ aujourd’hui. Entre mai 2021 et mai 2022, les prix de l’énergie ont augmenté de 178 % pour atteindre 2,78 fois. Nous prévoyons que notre facture, qui a dépassé 86 millions de lires en mai de cette année, atteindra 109 millions de lires en juin en raison d’un prix d’équilibre du marché très élevé. » Déclarant que selon Comet, l’organisation internationale de comparaison des entreprises de métro, les coûts énergétiques dans les métros du monde représentent 10 % des coûts d’exploitation, Soy a souligné que les coûts énergétiques dans le métro d’Istanbul représentent 23 % des coûts d’exploitation selon les données de 2021. .

Le coût de l’utilisation illégale de cartes à Istanbul est de 236,5 millions de TL

Affirmant que leur objectif est d’empêcher l’utilisation de cartes illégales afin de contrôler les coûts du métro d’Istanbul, Soy a noté qu’ils avaient modifié la gestion des audits plus fréquents à cette fin. Notant que Metro Istanbul à lui seul a découvert que 36 415 cartes avaient été utilisées illégalement depuis début mars, Soy a déclaré : « Chaque carte utilisée illégalement a une perte annuelle moyenne de 6 500 lires pour le public. La perte totale pour les cartes d’Istanbul que nous avons découvertes lors de ces inspections est de 236 millions 559 mille lires. Cet argent perdu est l’argent des citoyens d’Istanbul et nous poursuivrons nos inspections pour surveiller l’argent de nos citoyens.

Nous avons reçu un remboursement de 12 millions de lires en trop.

Soulignant qu’avec le processus pandémique, les facteurs affectant les coûts incontrôlés tels que les coûts énergétiques et les fluctuations des taux de change augmentent de jour en jour, Soy a déclaré que malgré ces facteurs négatifs, tels que le métro d’Istanbul, ils n’interrompent pas le service. En disant: “Nous dépensons l’argent des habitants d’Istanbul, nous sommes extrêmement prudents dans nos dépenses”, Soy a expliqué certaines des améliorations financières qu’ils ont apportées: “Lorsque nous avons examiné les factures d’électricité de 7 ans, qui est notre plus gros poste de dépenses, nous avons trouvé un trop-perçu de 12 millions de lires et payé par la compagnie d’énergie, nous l’avons récupéré et l’avons renvoyé à Istanbul. Fort de cette expérience, nous sommes beaucoup plus minutieux sur les factures. Nous nous sommes concentrés principalement sur l’amélioration des domaines où nous pouvions intervenir. Pour cela, nous avons développé des méthodes d’économies pour optimiser l’efficacité.

Leave a Comment