Aller à l’école ordinaire sera un avantage tant sur le plan économique qu’éducatif.

Tufan Erhürman, président du Parti républicain turc (CTP), a souligné que le passage à l’enseignement ordinaire apporterait un grand avantage à la fois à l’économie et à l’éducation. Erhürman et la délégation qui l’accompagne ont visité le Syndicat des enseignants chypriotes turcs (KTOEÖS) et le Syndicat des enseignants chypriotes turcs (KTÖS). Lors de la visite, Erhürman était accompagné du secrétaire général Erdoğan Sorakın, député et membres de la VQA. Affirmant que le pays est dans une période de pauvreté économique et démocratique très grave, Erhürman a déclaré que la société a été réduite aux angoisses de l’existence. Déclarant qu’il y avait une très forte augmentation des revenus du ministère des Finances en termes de TL, mais que le gouvernement a tenté de cacher cette augmentation dans le budget supplémentaire, Erhürman a déclaré qu’il s’agissait de 3 milliards de TL, et que ce chiffre est un grand nombre pour les municipalités, les pauvres et les producteurs et a déclaré qu’il essayait de créer une perception « sans argent ».

“GYÖS N’EST PAS À LEUR AGENDA”

Soulignant que les mesures de confiance, qui pourraient ouvrir la voie aux personnes dans de nombreux aspects, du tourisme au commerce dans la période économiquement limitée du pays, ne sont pas à l’ordre du jour de ceux qui prétendent diriger le pays, Erhürman a déclaré : “Cependant, il est clair que ces initiatives favoriseront le développement de ce pays et de sa population. Malgré le fait que nous soyons tous conscients des ouvertures qu’une solution au problème chypriote peut créer dans l’économie, nous sommes à nouveau confrontés à une structure qui ne bouge pas le petit doigt. Bien que la contribution de l’ouverture de plus de portes à l’économie ait été évidente, ils n’ont rien fait à ce sujet. Nous connaissons une inflation de 98 % en raison de la dépréciation du TL. Même en République de Turquie, nous sommes face à une structure qui ignore encore la question du passage à l’euro, lancée par la CTP, alors que l’inflation en chiffres officiels est à 73.

“LES FRAIS POUR LES ÉCOLES PRIVÉES S’ATTENDENT À DES POINTS SPÉCIAUX”

Le président du CTP, Tufan Erhürman, qui a partagé son point de vue sur le domaine de l’éducation, a déclaré que les frais de scolarité dans les écoles privées avaient franchi un certain point et avaient commencé à pousser les budgets familiaux. Soulignant que le système d’éducation ordinaire à l’ordre du jour du CTP, qui a été planifié pendant des années de manière planifiée et avec la bonne infrastructure, signifiera une réforme non seulement dans l’éducation mais aussi dans l’économie, Erhürman a déclaré que les familles ont commencé à déplacer leurs enfants des écoles privées dans les écoles publiques, et cela a un effet très grave dans les écoles publiques, a déclaré que cela risquait de créer un fardeau. Erhürman a déclaré: «Si nous ne faisons pas d’efforts pour aller à l’école ordinaire, le retrait des femmes de l’économie sera à l’ordre du jour car elles resteront avec les enfants l’après-midi ou tomberont dans les mêmes difficultés économiques avec des choses comme les études et le privé. cours. Cela coûte notre avenir. Ils volent notre présent et notre avenir et essaient de semer le désespoir chez notre peuple. »

ELMALI : DANS L’ÉDUCATION, IL N’Y A PAS DE PRÉVISIONS COMME DANS CHAQUE SUJET

Le président de KTOEÖS, Ozan Elmalı, a déclaré qu’ils avaient laissé derrière eux une année scolaire troublée, mais que ce qui s’est passé causerait de plus gros problèmes. Notant que la raison en est l’imprévisibilité, Elmalı a déclaré que le gouvernement n’avait aucune prédiction en matière d’éducation, comme dans toute autre question. Exprimant qu’ils sont confrontés à une crise croissante chaque jour, Elmalı a déclaré : « En guise de couverture, nous avons fait valoir que cette compréhension devait être combattue. Cette compréhension est inacceptable. Aujourd’hui, cette période a atteint son apogée car elle a atteint une impasse. Comme les Chypriotes turcs, ils sont préoccupés par l’économie et l’éducation, ainsi que par notre existence. Nous devons marcher dans des relations plus solides », a-t-il déclaré.

syndicats-ctp-2.jpg

MAVİŞ : NOUS AVONS ENCORE OBTENU DES RÉSULTATS POSITIFS DE LA LUTTE CONJOINTE

Le secrétaire général de KTÖS, Maviş, a félicité le CTP pour la visite qu’il a lancée avec la mission de responsabilité sociale, et a souligné que toutes les parties sont obligées de se rencontrer en un point commun, de travailler ensemble dans l’action et d’ouvrir la voie à la société face à des difficultés. Maviş a déclaré que CTP et KTÖS se sont battus ensemble à plusieurs reprises depuis leur création et qu’ils ont obtenu des résultats positifs, ajoutant qu’il est également inévitable de se battre ensemble pendant cette période.

syndicats-ctp-4.jpeg

CTP VISITE DEV

Le Parti républicain turc (CTP) s’est également rendu à la Fédération des syndicats révolutionnaires (Dev-İş) dans le cadre de visites de syndicats, d’ONG, d’organisations professionnelles et d’organisations économiques. La délégation, présidée par Erdoğan Sorakın, a eu un échange de vues avec le président Dev-İşa Koral Aşam. Les délégations, qui ont discuté des problèmes économiques et démocratiques du pays, ont également évalué leur coopération sur la question. Sorakın était accompagné de députés et de membres de la VQA lors de la visite.

Leave a Comment