Actualités ITO – [Haber] Istanbul pédale dans les transports depuis 115 ans

Publié: lundi 20 juin 2022

Article : SUMEYRA YARIS LAME

Diverses solutions contre le trafic croissant et la pollution de l’air causée par le dioxyde de carbone émis par les véhicules sont en cours de discussion. Le vélo est l’une des solutions les plus plébiscitées, car c’est un moyen de transport à la fois écologique et sanitaire. Alors que le ministère de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Changement climatique a commandé ces derniers mois un schéma directeur pour un réseau de pistes cyclables turques, des études sont menées à Istanbul pour rendre l’usage du vélo plus actif. Compter les jours pour l’inclusion de la ville historique dans le réseau européen des pistes cyclables (Eurovelo) par la municipalité d’Istanbul, la ville centenaire a mis en place il y a 115 ans une solution à deux roues pour le transport des vélos immatriculés.

LE CYCLISME JUSQU’EN 1950

Il n’a pas fallu longtemps pour que le miracle à deux roues atteigne les terres ottomanes après que le vélo, considéré comme le précurseur des vélos modernes d’aujourd’hui, ait été développé en Angleterre dans les années 1880. Le peuple ottoman, qui a rencontré pour la première fois un vélo à l’occasion d’un voyageur américain, a utilisé un vélo. Au cours de ces années, il s’est engagé dans la littérature en tant que cycliste. Ce terme est resté en vigueur jusque dans les années 1950. Le voyage de Thomas Steven, qui a commencé dans la chaîne de montagnes du Nevada, est passé par l’Anatolie et s’est terminé à Téhéran, a également trouvé un écho dans les journaux ottomans. Le passage de ce premier cycliste à travers les terres ottomanes est évoqué depuis des jours, et le voyageur a également eu des entretiens avec les gouverneurs des provinces qu’il a traversées.

IMPORTATION D’ÉVÉNEMENTS

Ce véhicule de transport biologique, qui n’était pas très populaire après le premier cycliste, a pris de l’importance en 1884 lorsque le magasin de Beyoğlu a commencé à importer. Le négoce annonçait ces importations dans une annonce du journal Saadet de ces années-là : les entreprises américaines s’engageaient (s’engageaient). Cette entreprise est connue pour produire les « vélos » les plus solides, les plus légers, les plus rapides et les plus élégants. »

ENREGISTREMENT

Lorsque les calendriers indiquaient l’année 1907, le vélo consolida sa place en tant que véhicule de transport préféré du peuple ottoman. À savoir, selon les archives ottomanes du Premier ministre, au cours de ces années, la municipalité a enregistré ceux qui ont positionné les vélos comme moyen de transport à Istanbul. En conséquence, chaque vélo a reçu un numéro et le nom de son propriétaire et de son cycliste a été inscrit dans un livre tenu à Şehremaneti et Zaptiye Nezareti, et chaque vélo a été facturé une demi-lire lors du processus d’enregistrement. De nouveau en 1914, les vélos étaient inclus dans le péage du pont de Galata.

TRANSITION RAPIDE VERS L’OFFICIER

Le vélo a trouvé sa place dans l’organisation étatique au début du XXe siècle. Dans l’Empire ottoman, qui souhaitait offrir une mobilité plus rapide à ses officiers, les cyclistes travaillaient dans les organisations policières, postales et militaires. De plus, le ministère de l’Intérieur s’est procuré des bicyclettes pour que les kavas (gardien travaillant dans les ambassades) puissent se déplacer rapidement.

COURSE POUR UNE UTILISATION LARGE

La diffusion des bicyclettes dans les terres ottomanes s’est faite grâce aux initiatives des marchands. Les artisans ont mené diverses activités promotionnelles pour briser cette attitude des gens qui, au départ, considéraient les vélos avec préjugés. En conséquence, les importateurs de vélos ont construit conjointement une piste cyclable à Tepebaşı et y ont organisé diverses courses. Le sentier, qui a été construit à l’initiative de Leon, qui était une agence de vélos près de la mosquée Ağa, et de Papazyana, qui importait des vélos à Ragıp Paşa Han, mesurait 5 mètres de large et 300 mètres de long avec des virages en bois.

DANS L’HISTOIRE DE LA PREMIÈRE RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE

Le vélo s’est également positionné comme moyen de transport dans l’histoire de la République. La première fédération a été fondée en 1923, la première grande course sur route a eu lieu en 1924. En 1926, le premier championnat turc de cyclisme a eu lieu à Istanbul. Les cyclistes turcs se sont produits pour la première fois sur la scène internationale en 1935. La première production de vélos en Turquie a eu lieu à Izmir en 1963.

Leave a Comment