L’AKP a soumis au Parlement une proposition visant à abroger complètement la loi existante sur le thé.

Le projet de loi sur le thé, signé par 75 députés de l’AKP, a été soumis aujourd’hui à la présidence de la Grande Assemblée nationale de Turquie. Si la proposition devient loi, la Tea Act no. 3092 de 1984 sera complètement abrogé.

La proposition clarifie l’objet et la portée de la loi afin de réglementer les procédures, les principes et les obligations concernant la culture du thé et la production et la vente de thé frais et de thé séché, et de déterminer les sanctions administratives pour ceux qui enfreignent la législation. et les règles de surveillance dans cette loi concernant la production et la vente de thé “.

Dans la proposition, les entreprises sont classées en catégories A, B et C. Les terres destinées à la production de thé sont définies comme un « jardin de thé ». Une proposition visant à fixer le prix d’achat du thé frais a impliqué le Conseil national du thé, que les producteurs et l’opposition accusent de condamner la production de thé au secteur privé.

LES ENTREPRISES SERONT CRÉÉES AVEC LE CONSENTEMENT DU MINISTÈRE

Selon la loi proposée; les zones de culture du thé seront déterminées par le Ministère de l’agriculture et des forêts. La culture du thé ne sera pas possible en dehors de ces zones. Ceux qui établiront un jardin de thé dans des zones appartenant à des zones de culture du thé devront obtenir un permis à l’avance. Les théiers sans permis seront récoltés par le Ministère de l’Agriculture et des Forêts aux frais du responsable. La culture du thé sera effectuée par des producteurs qui détiennent une licence de jardin de thé délivrée à leur nom. Les producteurs de thé devront s’enregistrer dans le système approprié et mettre à jour leurs registres aussi longtemps que durera la production. Le ministère de l’Agriculture et des Forêts n’autorisera pas les activités agricoles qui nuiront aux plantations de thé et, si nécessaire, limitera l’utilisation d’engrais chimiques et de produits phytosanitaires à des distances qui affecteront la culture du thé.

Les personnes physiques ou morales pourront établir un métier pour la production de thé sec, à condition d’obtenir les autorisations nécessaires. Si le ministère détermine que les entreprises ne remplissent pas les conditions, elles pourront révoquer les licences ou modifier le montant qu’elles peuvent mettre sur le marché.

LE CONSEIL NATIONAL DU THÉ DÉTERMINERA LE PRIX D’ACHAT DU THÉ MOUILLÉ

Le prix d’achat du thé frais sera déterminé et annoncé par le Conseil national du thé. Le prix d’achat du thé frais est déterminé chaque année avant le début de la récolte, en tenant compte de la situation de l’offre et de la demande et des coûts de production. Si le prix d’achat pour cette année n’est pas déterminé, le prix d’achat de l’année précédente sera augmenté conformément à la loi sur la procédure fiscale. Le prix des feuilles de thé fraîches, que les producteurs de thé frais vendent aux entreprises qui produisent et vendent du thé sec, est versé sur des comptes bancaires ouverts au nom des producteurs de thé frais au plus tard six mois à compter de la date d’achat par l’entreprise. production de thé sec. Ceux qui produisent en dehors des conditions ne pourront pas vendre de feuilles de thé fraîches pendant la campagne de commercialisation et tout au long de l’année suivante, à compter de la date fixée, et les entreprises de thé ne pourront pas acheter de thé frais ainsi produit. Les feuilles de thé fraîches seront achetées par des entreprises disposant de licences A ou B à certains endroits pour acheter du thé. Les entreprises devront embaucher des experts en thé.

MINISTÈRE POUR DÉTERMINER LA QUANTITÉ MINIMALE DE GASPILLAGE DE THÉ

Le thé sec ne sera pas produit à partir de déchets tels que les déchets de thé, les fibres de thé ou la poudre de tri du thé provenant de la production de thé sec. Ils peuvent être utilisés par les installations autorisées jugées appropriées par le Ministère. Les entrepreneurs en thé devront également les livrer à un établissement agréé. Le ministère déterminera également la quantité minimale de déchets à remettre.

PÉNALITÉ JUSQU’À 400 MILLE LIRE

Le ministère vérifiera les fabricants et les entreprises et pourra demander toute information qu’il jugera nécessaire.

Les sanctions administratives à l’encontre de ceux qui ne remplissent pas les conditions ci-dessus sont prononcées par le plus haut fonctionnaire administratif du lieu. Le montant des sanctions administratives sera déterminé par le rapport d’un mètre carré à un décare. Si l’action nécessitant des amendes administratives est répétée dans les cinq ans, l’amende sera deux fois plus élevée que l’amende précédente.

Pour chaque matinée de terres agricoles seront punies d’une amende administrative de cinq mille lires les personnes physiques et morales qui cultivent du thé sans permis de thé et exercent des activités contraires à la culture du thé. Au montant du prix de vente de la quantité de thé spécifiée dans la licence de thé, aux entreprises opérant contrairement à l’activité de thé sous licence ; Pour les entrepreneurs qui n’ont pas de licence, une sanction administrative sera imposée en fonction du montant moyen de la licence des métiers agréés au cours de la campagne de commercialisation au cours de laquelle l’activité est exercée. Une amende administrative de 10 000 lires sera infligée à ceux qui achètent des feuilles de thé par opposition à un magasin de thé et express. Les entreprises reconnues coupables de traiter des déchets de thé sans l’autorisation du ministère seront condamnées à une amende de 200 000 lires. Une amende administrative de 400 000 lires sera infligée à ceux qui s’avèrent avoir obtenu des produits de thé secs à partir de déchets de thé.

LES LICENCES ET PERMIS EXISTANTS S’APPLIQUERONT

Le statut des zones déclarées comme culture du thé avant l’entrée en vigueur de la présente loi, les permis pour les jardins de thé délivrés conformément aux dispositions de la législation pertinente, les licences pour les entreprises engagées dans la production de thé sec seront également valables après l’entrée en vigueur de cette loi. Mais les fabricants répondront aux exigences dans trois ans, les entreprises dans six mois.

Leave a Comment