La proposition réglementant le commerce électronique a été adoptée par le comité

Le projet de loi portant modification de la loi sur la réglementation du commerce électronique a été accepté par la commission parlementaire de l’industrie, du commerce, de l’énergie, des ressources naturelles, de l’information et de la technologie. Une amende administrative de 10 000 à 100 000 lires sera infligée à un fournisseur de services d’intermédiation dans le commerce électronique qui se livre à des pratiques commerciales déloyales dans le commerce électronique avec une proposition pour chaque fournisseur de services de commerce électronique ayant des pratiques déloyales.

Le projet de loi portant modification de la loi sur la réglementation du commerce électronique a été accepté par la commission parlementaire de l’industrie, du commerce, de l’énergie, des ressources naturelles, de l’information et de la technologie. La proposition réglemente les prestataires de services d’intermédiation dans le commerce électronique et les prestataires de services de commerce électronique, en tenant compte des barèmes, afin d’empêcher la concurrence déloyale et la monopolisation dans le commerce électronique, de faciliter l’entrée de nouveaux entrants sur le marché et de garantir un marché équilibré et sain. croissance.

Les entreprises opérant dans les domaines des agences de voyages, de l’aviation civile, des pensions privées, de la banque, de l’assurance, du financement, des marchés de capitaux, des services de paiement, des paris et des jeux et des communications électroniques ne seront pas acceptées en tant que prestataires de services intermédiaires de commerce électronique ou service de commerce électronique fournisseurs.

De nouveaux termes et concepts seront ajoutés à la loi

Prestataires de services intermédiaires qui permettent la conclusion de contrats ou la passation de commandes pour la livraison de biens ou de services d’autres prestataires de services de commerce électronique, qu’ils vendent ou non sur le marché du commerce électronique, en tant que “prestataire de services intermédiaires de commerce électronique ” ; Les prestataires de services qui concluent un contrat pour la livraison de leurs propres biens ou services ou prennent des commandes, soit sur un marché de commerce électronique, soit dans leur propre environnement de commerce électronique, seront définis comme des “fournisseurs de services de commerce électronique”.

Les définitions de marché du commerce électronique et d’environnement de commerce électronique seront ajoutées à la Loi afin de fournir une certitude concernant l’environnement de commerce électronique dans lequel un fournisseur de services intermédiaires de commerce électronique fournit des services intermédiaires.

Le volume net des transactions inclura la somme de la valeur de la facture finale ou du document de remplacement de la facture, y compris toutes les taxes, frais, charges et autres. Si le prestataire de services intermédiaire de commerce électronique possède plus d’une place de marché de commerce électronique, le volume net des transactions sera calculé comme ces marchés, et si le prestataire de services de commerce électronique possède plus d’un environnement de commerce électronique, le volume réalisé sur tous ces environnements seront inclus dans le volume net des transactions.

Contenu illégal

Sauf disposition contraire d’autres lois, le prestataire de services intermédiaire n’est pas responsable des faits illégaux liés au contenu proposé par le prestataire de services et aux biens ou services qui font l’objet du contenu.

Si le prestataire de services intermédiaire de commerce électronique a connaissance de l’illégalité du contenu fourni par le prestataire de services de commerce électronique, il doit le supprimer sans délai et notifier l’illégalité aux institutions et organismes publics compétents.

Le fournisseur de services de commerce électronique intermédiaire est tenu de retirer le produit du fournisseur de services de commerce électronique qui fait l’objet de la plainte et de s’informer ainsi que le propriétaire légitime de la situation en cas de plainte du titulaire du droit sur la base d’informations et de documents , qui fait référence à la violation des droits de propriété intellectuelle et industrielle.

Après soumission par le fournisseur de services de commerce électronique au fournisseur de services intermédiaire sur la base de données et de documents montrant le contraire de la plainte, le produit annoncé sera republié.

Plaintes et objections ; Les informations claires sur l’identité et l’adresse des parties intéressées, les informations sur le produit contesté, les raisons du retrait ou la nécessité de publier le produit et d’autres questions déterminées par le règlement seront incluses. Le droit des parties intéressées de s’adresser aux instances judiciaires et administratives conformément aux dispositions générales sera réservé.

Autorité pour “protéger un environnement de marché efficace et équitable” au Département du commerce

Le Ministère du commerce sera habilité à assurer le développement du commerce électronique, à maintenir un environnement de marché efficace et équitable et à réglementer les activités des prestataires de services et des prestataires de services intermédiaires.

Afin d’assurer l’application de la loi, le ministère sera autorisé à procéder à un audit et à justifier les résultats de l’audit, à nommer un expert dans les cas nécessitant une expertise particulière ou des connaissances techniques lors de l’audit, à déterminer les droits et obligations des experts et les procédures et principes liés à l’attribution.

Le prestataire de services intermédiaires et le prestataire de services seront tenus de conserver les données, documents, livres commerciaux et enregistrements électroniques sur les affaires et les transactions du domaine d’application du règlement pendant 10 ans à compter de la date d’exécution du travail ou de la transaction. .

Le ministère de l’Économie sera autorisé à recevoir des données des personnes physiques et morales qui envoient des messages électroniques commerciaux via des appels vocaux et des messages courts de la Direction des technologies de l’information et des communications.

Amendes administratives

Selon la proposition, un fournisseur de services de commerce électronique qui se livre à des pratiques commerciales déloyales dans le commerce électronique sera condamné à une amende de 10 000 lires à 100 000 lires pour chaque fournisseur de services de commerce électronique ayant une pratique déloyale.

Une amende administrative de 500 000 TL sera infligée à un fournisseur de services intermédiaire de commerce électronique, qui oblige un fournisseur de services de commerce électronique à vendre des produits ou des services avec une campagne, y compris des modifications unilatérales du prix de vente par le service intermédiaire de commerce électronique fournisseur. , pour chaque fournisseur de services de commerce électronique.

En plus des environnements de commerce électronique inclus dans le volume net des transactions, 10 millions de TL à un fournisseur de services intermédiaire de commerce électronique, qui fournit un accès entre ses propres environnements de commerce électronique et se promeut mutuellement dans ces environnements, s’il fournit un environnement électronique pour la publication publicité de biens ou de services, de biens ou de services dans le même environnement. Une amende administrative de 20 millions de lires sera infligée au fournisseur de services de l’outil de commerce électronique, qui permet la conclusion d’un contrat ou d’une commande pour la livraison de marchandises.

Après le dernier avis et information du ministère du Commerce, le fournisseur de services d’outils de commerce électronique et le fournisseur de services de commerce électronique ne pourront effectuer que des affaires et des transactions liées à des commandes passées afin de ne pas nuire aux consommateurs et au service de commerce électronique. fournisseurs sur le marché. S’il n’est pas remédié à la violation dans le délai imparti, le ministère peut décider de supprimer le contenu ou de bloquer l’accès aux adresses Internet concernées du fournisseur de services d’outils de commerce électronique ou du fournisseur de services de commerce électronique.

Malgré l’application d’amendes administratives, s’il n’est pas mis fin à l’infraction dans le délai fixé par le ministère chargé du commerce ou si la même infraction se répète dans un délai d’un an à compter de la date de notification de l’amende, une amende administrative d’un montant double de l’amende précédente sera appliquée.

Dans le cas où des actions liées aux amendes administratives seraient menées avec des travaux et activités visant à tromper le Ministère du Commerce, lesdites amendes seront appliquées 10 fois.

Le montant total des amendes administratives pour une année civile ne peut pas dépasser 500 millions de TL pour un prestataire de services intermédiaire ou un prestataire de services dont le volume net de transactions est inférieur à 60 milliards de TL.

Leave a Comment