Constructions illégales sur des terrains du trésor à Çeşme : les plages doivent être protégées

IZMIR – Le projet illégal de «club de plage» qu’une société minière d’Adana voulait construire sur la plage d’Altınkum, située dans le district de Çeşme à Izmir et ayant le statut de zone naturelle protégée, a provoqué une réaction des habitants de la région et des écologistes . . Malgré toutes les objections, l’entreprise a terminé les travaux et a reçu une licence d’exploitation de la municipalité de Çeşme. Une situation similaire s’est produite dans la même région, cette fois à Fedon Bay.

Des installations illégales ont été construites sur trois plages de la baie de Fedon, qui est une terre du trésor. Des parasols, des transats et des conteneurs pour rester ont également été placés sur trois plages où des clandestins ont construit des échelles. De plus, la plage est entourée de grillages pour empêcher le public d’y entrer, et des fossés ont été creusés autour avec des engins de chantier. Une fois les fossés comblés par les habitants, de gros rochers apportés par des camions ont été placés dans la zone pour empêcher l’entrée.

‘L’OCCUPATION A COMMENCÉ AVEC LA PERMISSION DE LA MUNICIPALITÉ DE CESMA’

Le porte-parole de la plateforme écologique Cesma Ahmet Guler a déclaré avoir porté plainte lors de la construction illégale et a déclaré : “Ils ont fait tout cela devant la gendarmerie”. Nous sommes allés nous plaindre. Même si la gendarmerie s’y est rendue, elle n’a rien fait.”

Déclarant que les nouvelles occupations ont commencé après le début de la construction illégale dans la région en janvier, Güler a poursuivi : “Avec le début de la construction illégale du club de plage dans la zone protégée de deuxième niveau en janvier, la destruction de la zone a commencé. Nous avons signalé cette destruction à toutes les autorités compétentes et il n’y a pas eu d’intervention. Ils ont également construit des bâtiments illégaux. Malheureusement, la municipalité de Cesme a donné l’autorisation de travailler ici. Ainsi commença l’occupation. Avec le permis délivré par la municipalité de Çeşme, trois autres plages sont occupées dans la baie de Fedon. Il y a une occupation sur une superficie de 10 à 15 000 mètres carrés. Le fait que les autorités officielles ne soient pas intervenues et que la municipalité ait donné son autorisation a attiré d’autres bandits ici. Ils ont vu que personne n’était intervenu, encore moins interféré, le permis de travail avait été donné, et tout le monde était encouragé. Nous pensons que ces occupations se poursuivront dans tout Altınkum.

« CHACUN DEVRAIT AVOIR SA PROPRE PLAGE ET SA BAIE »

Enfin, Ahmet Güler, qui a lancé un appel au public, a déclaré : « Le gouvernorat du district de Çeşme et la municipalité de Çeşme, qui ont gardé le silence sur ces destructions et occupations, ont interdit l’installation de tentes et le stationnement des caravanes à Çeşme en conformément à la décision du comité. Les autorités officielles sont en train de “surveiller de près le processus et de tenir des registres”. Aucune intervention. Ne laissez personne désespérer. La loi ne fonctionnera peut-être pas aujourd’hui, mais la loi fonctionnera demain. Nous expulserons les envahisseurs du pays du peuple. Tout le monde devrait protéger ses plages et ses criques”, a-t-il déclaré.

LA DIRECTION COMPÉTENTE N’A PAS FOURNI D’INFORMATIONS

Le département de police de la municipalité de Cesme, que nous avons contacté pour demander si des mesures avaient été prises suite à des plaintes pour construction illégale sur des terres domaniales, a déclaré qu’il ne pouvait pas fournir d’informations à ce sujet. Le service de police a indiqué qu’un rapport écrit devait être fait à la municipalité et que le bureau du chef fournirait des informations à ce sujet si nécessaire.

AVIS DE CRIME

Suite à ces études, Çeşme Environment Platform a déposé une plainte auprès du CIMER.

La pétition envoyée au CIMER comprenait les déclarations suivantes : « Çeşme District Altınkum, connu sous le nom de Fedon Bay (38°16’03.4″N – 26°16’33.5″E ) coordonnées cartographiques du 2ème niveau de la zone protégée appartenant au Coastal Trésor et la plage était occupée par des particuliers. Les trois plages et baies de cette zone, ouvertes au public depuis des années, sont équipées d’installations illégales, d’escaliers, de parasols et de transats pour aller à la mer. En outre, un grand nombre de conteneurs de logements ont été amenés dans la région et des constructions non autorisées sont en cours. Afin d’empêcher l’accès du public à ces trois plages, de profondes tranchées ont été creusées avec des engins de chantier sur les routes qui permettent d’accéder à la région. Des clôtures grillagées ont été installées aux passages à niveau. Lorsque les fossés ont été à nouveau enterrés par les gens, cette fois avec de grosses pierres apportées par des camions, des obstacles ont été créés et les gens se sont vu refuser l’accès à la mer. Des plaintes ont été déposées auprès du commandement de la gendarmerie de Çeşme, municipalité de Çeşme, concernant cette occupation, les barrages routiers et les irrégularités qui empêchent les gens d’atteindre la mer sur les terres du trésor pendant longtemps, mais les institutions officielles ne sont pas intervenues. La sincérité et l’amitié de la Gendarmerie, venue enquêter sur la zone, avec les personnes qui exerçaient ces occupations a été un objet d’attention. Dans ce contexte, nous exigeons la suppression de l’occupation illégale dans la région, la prévention des constructions non autorisées, la réouverture de l’accès à la région et la punition de ceux qui commettent ces actes illégaux.”

Leave a Comment