La République de Turquie disparaîtrait presque de la scène de l’histoire ; Présentez M. Erdogan, comprenez, expliquez

Le président du MHP, Devlet Bahceli, à l’occasion du 6e anniversaire de la tentative de coup d’État du 15 juillet, a déclaré : « Il y a exactement 6 ans, la Turquie était sur le point d’être envahie. La République de Turquie, qui était la lumière des martyrs qui sont venus ces jours-ci, sera presque disparaître de la scène de l’histoire.” Bahçeli a également déclaré à la fin de son discours : « Présentez Erdoğan, comprenez, expliquez ».

Vendredi 15 juillet 2022, 20 h 47

S’abonner

Actualités de Google

Président du MHP Devlet Bahceli, lors d’une commémoration le 15 juillet à Istanbul, a déclaré : « Nous n’évitons pas de combattre, même au prix de nos vies, avec les foyers qui se rassemblent et se dressent contre la Turquie et le peuple turc. Dans ce contexte, nous ne mettons pas un feu de circulation politique dans l’environnement actuellement sensible de la Turquie, nous ne pensons pas à nos intérêts et nous ne tolérons pas ceux qui font le contraire. Nous appelons ceux qui font cela une honte, nous les poussons avec le dos de notre main. Avec notre patience et notre attitude démocratique, nous résistons à ceux qui se lancent à la chasse aux proies, à ceux qui sont désireux de faire passer des marchandises du chaos et à ceux qui investissent constamment dans leurs objectifs cachés, et nous arrêtons leur jeu en un instant. Il faut savoir que la Turquie n’est pas un pays solitaire et désolé.

Devlet Bahçeli a pris la parole aujourd’hui lors d’une cérémonie commémorative qui s’est tenue sur la place Saraçhane à Istanbul à l’occasion du sixième anniversaire de la tentative de coup d’État du 15 juillet.

Bahceli a dit :

  • Que Dieu ait pitié de nos martyrs qui ont héroïquement défendu leur patrie et leur nation lors du coup d’État de FETO et de la tentative d’invasion du 15 juillet, et je souhaite à nos défenseurs une vie longue, paisible et saine. La nation turque est une nation vétéran. L’État turc est un État vétéran. Une force hostile qui vaincra, renversera, dépassera et abandonnera la noble volonté qui dit : « Si je meurs, je suis un martyr, si je reste un vétéran », n’a pas encore été rencontrée dans le monde et ne sera plus possible après cette . Notre chère nation est la fierté d’une telle volonté. Ce qui s’est passé dans la nuit du 15 juillet 2016 au 16 juillet 2016 est une confirmation et un document de cette fierté. De beaux cercles de feu sont partagés et aujourd’hui est atteint. Cette patrie céleste n’est pas ternie en résistant à de nombreuses adversités. Il y a exactement six ans, la Turquie était presque occupée. En bref, la République de Turquie, qui est venue à ce jour avec de grands efforts et était la lumière des martyrs et des sceptiques, disparaîtrait de la scène de l’histoire. En effet, le danger était là. Heureusement, grâce à la prévoyance et à l’abnégation de notre nation, dont nous pouvons être fiers, les terroristes ont reçu la réaction qu’ils méritaient avec violence et courage. L’esprit d’unité et de solidarité nationale a arrêté FETO et a brisé ses calculs.

“SUPPRIMER LES PAGES DES VIEUX LIVRES EST UN OUTIL POUR NOUS”

  • Le sentiment de fraternité et de coopération que nous désirons depuis longtemps est apparu et a bloqué les chars, les avions et les hélicoptères utilisés par les oppresseurs et les a finalement détruits. FETO a tendu une embuscade et a capturé la Turquie. Cela signifie que ces personnes dégénérées et exsangue sous prétexte de protéger la patrie ont créé une infrastructure de caste et de trahison et ont attendu le moment opportun pour intervenir. FETO s’est infiltré dans notre armée et est entré dans tous les capillaires de l’État. Il est insensé et inutile d’ouvrir la porte à de nouveaux débats et de supprimer les pages de vieux cahiers en ces jours où il existe une nécessité historique de renforcer davantage l’unité et la solidarité.

“LE CAMPING POLITIQUE ET LES CONFLITS SONT DES DOMAINES MINEURS QUE NOUS DEVONS RESTER À L’ÉCART”

  • La leçon du 15 juillet doit être prise d’une part, et la leçon apprise d’autre part. Indépendamment de leur pensée politique, de leur affiliation à un parti ou de leur source intellectuelle, la sensibilité commune et l’objectif commun de chacun devraient être de parvenir à un accord complet sur l’existence et l’indépendance de la Turquie. L’objectif indispensable de nous tous est de lier l’intégrité indivisible de la patrie turque avec des principes inviolables. La survie de l’État et de la nation passe avant tout engagement et toute entreprise politique. Je tiens à souligner honnêtement et avec foi, et à le souligner avec audace, que lorsque nous sommes entourés de tant de choses, la polarisation et les conflits politiques sont des champs de mines dont nous devons le plus nous tenir à l’écart. Si les cœurs ne battent pas, le front traître et hostile retentera sa chance. Dès le soir du 15 juillet, le peuple turc défendra l’indépendance et l’avenir du pays de la même manière qu’il a embrassé et défendu l’honneur de la démocratie sur les places sans aucune discrimination. C’est ma conviction, c’est mon attente.

“IL FAUT SAVOIR QUE LA TURQUIE N’EST PAS UN PAYS DONATEUR ET ABANDONNÉ”

  • Indépendamment de l’engagement politique et idéologique, chacun de nos citoyens doit se retrouver dans l’identité de la nation turque et maintenir sa position décisive dans la préservation de notre État national et unitaire. La lutte de ceux qui soutiennent la Turquie et de ceux qui s’y opposent ne prendra pas fin. De plus, le pays, la nation dont la capitale a été touchée par un incendie dans la nuit du 15 juillet, n’a pas d’autre choix. On le voit, on y croit. C’est pourquoi nous n’évitons pas la lutte, même au prix de nos vies, avec les foyers qui se rassemblent et se déploient contre la Turquie et le peuple turc. Dans ce contexte, nous ne mettons pas un feu de circulation politique dans l’environnement actuellement sensible de la Turquie, nous ne pensons pas à nos intérêts et nous ne tolérons pas ceux qui font le contraire. Nous appelons ceux qui font cela une honte, nous les poussons avec le dos de notre main. Avec notre patience et notre attitude démocratique, nous résistons à ceux qui se lancent à la chasse aux proies, à ceux qui sont désireux de faire passer des marchandises du chaos et à ceux qui investissent constamment dans leurs objectifs cachés, et nous arrêtons leur jeu en un instant. Il faut savoir que la Turquie n’est pas un pays solitaire et désolé. Et la Turquie ne tombera jamais en disgrâce. Ce dont la Turquie a besoin, c’est d’une volonté qui unisse les différences au lieu de les supprimer, embrasse les différences au lieu de les provoquer, fusionne les identités dans l’identité d’une nation au lieu de les provoquer, et enseigne la dure leçon qu’elle mérite à ceux qui veulent perturber l’ordre et la paix. Cette volonté est incarnée et manifestée. De plus, 2023 construira et ravivera plus efficacement l’avenir.

“LE GANG TERRORISTE FETÖ EST UTILISÉ COMME UNE ARME PAR QUI L’UTILISE, S’IL VIENT À DONT LES OBJECTIFS”

  • De la nuit du 15 juillet aux premières heures du matin du 16 juillet, il s’est passé tout ce qui n’avait jamais été vu ni vécu dans notre histoire. De mauvaises ambitions ont grandi pendant des années sous le couvert de la foi, cachées dans des coins reculés sous le nom de patronage et de leadership, à la recherche d’un moment et d’un sol propices pour se renforcer et émerger. Les terroristes FETO sont une honte pour l’humanité et la religion, ordonnés de servir la christianisation de l’Asie au troisième millénaire, ordonnés de hâter la naissance du soi-disant Kurdistan. Les cercles traitant de la Turquie et troublés par l’identité historique du peuple turc, ont pris le chef terroriste Gülen comme atout et ont produit une bombe violente à partir d’un être vivant, le soi-disant. groupes et communautés religieux. Le gang terroriste FETO a été utilisé comme une arme par tous ceux pour qui il travaille et qui sert ses objectifs. À différentes périodes de l’histoire turque, il y a eu de nombreux coups d’État et révolutions et ils les ont vécus. Cependant, aucun d’entre eux n’a autant ébranlé cette nation que la catastrophe du 15 juillet et n’a provoqué des fissures et des scissions aussi profondes.

“PAS LE TEMPS DE REGARDER LES TENSIONS VITALES MAINTENANT”

  • Le 15 juillet est une tentative d’invasion et ses partis ne sont que des cellules dormantes du complot impérialiste de 1919. Il n’y a pas la moindre différence entre les traîtres qui ont bombardé la Grande Assemblée nationale de Turquie le 15 juillet et les barbares qui ont donné un coup de pied à la tombe de notre l’arrière-grand-père Osman Gazi dans les années 1920 à Söğüt, a volé la tombe d’Ertuğrul Gazi et y a accroché une croix. Tout au long de l’histoire, les terres sur lesquelles nous vivons ont été scellées et arrosées du sang des Turcs. La nation à laquelle nous appartenons s’est accrochée sans compromis à son indépendance et à sa dignité pendant des siècles. Et nous allons nous en vanter et travailler dur. Nous ne serons pas complaisants et nous n’écouterons pas les menaces. Nous vivrons fraternellement, nous nous respecterons et préserverons la tolérance et la réconciliation. Nous n’avons d’autres amis que nous-mêmes. Nous le saurons et nous ne l’oublierons jamais. Le 15 juillet, la nation s’est rassemblée, unie, a vu le match et exposé les joueurs. La continuation de cet esprit d’unité doit être préservée. Il n’y a plus de temps pour tenir des tensions vicieuses.

“SI NOUS NE POUVONS PAS MAINTENIR L’ESPRIT DE SOLIDARITÉ, NOUS NE POUVONS PAS TROUVER D’IMAMS À PARTAGER AVEC NOUS DANS NOTRE DERNIÈRE NATION”

  • Défendre l’honneur et la dignité de la Turquie sur la base commune de la patrie, du drapeau et du sanctuaire est notre devoir national et la dette morale de nos ancêtres. Si nous ne nous unissons pas, si nous ne nous rassemblons pas sous le parapluie de la nation turque, si nous ne reléguons pas au second plan les préjugés politiques et idéologiques, si nous ne pouvons pas maintenir l’esprit de solidarité, nous ne pourrons pas trouver d’imam qui délivrera le salam dans notre dernière patrie. L’Alliance populaire est née de ce désir. Nous protégerons la Turquie jusqu’au bout en disant “Le drapeau ne baisse pas, la prière ne s’arrête pas, la patrie est indivisible”. Que ce soit FETO, son sanglant collaborateur PKK/PYD ou d’autres sous-traitants de la même sombre voie, ils ne pourront pas passer par la Turquie, ils ne pourront pas vaincre le peuple turc. La Turquie est trop puissante pour être la proie des oppresseurs. Soyons unis, restons attachés à la cause nationale et à l’indépendance de la Turquie. Le peuple turc survivra de manière indépendante dans ce pays tant que le monde tournera. Même si le Commonwealth des Nations souffre de cette affaire, ils seront heureux de l’appeler « tête haute » et de faire preuve de courage et d’abnégation pour faire ce qui est nécessaire.

« À MOINS QUE LES INQUIÉTUDES SONT LA SOURCE DE LA NON-DÉMOCRATIE »

  • La source des entreprises antidémocratiques était la crainte infondée et infondée que le pays empire et que le système déraille. Avec un cycle qui s’alimente et se transfère le pouvoir pendant des années, « d’abord la crise économique, puis la crise sociale et ensuite l’instabilité de l’administration » fait tourner notre nation et la démocratie comme une malheureuse roue. Le plus grand désir de ceux qui désespéraient des politiciens, ceux qui imaginaient des dangers pour les valeurs auxquelles ils croyaient, ou ceux qui ne pouvaient pas embrasser la nation et se tenaient à l’écart du pouvoir, était de contourner la démocratie et d’accéder au pouvoir sans vote. boîte. Je pense qu’il conviendrait d’y ajouter le complot international et l’offensive de l’impérialisme à travers différents canaux et acteurs. De ce fait, les attentes extraordinaires ne manquaient pas même à l’époque de la démocratie.

« ALLONS AVEC LA VOLONTÉ DE LA RÉPUBLIQUE À LA SUPER PUISSANCE DE LA TURQUIE »

  • En tant que réalité malheureuse de notre pays, ceux qui chauffent leurs sentiments et leurs intentions, et ceux qui appellent à des interventions dans l’administration, ont survécu jusqu’à ce jour comme une réalité malheureuse de notre pays, continuant à rechercher des moyens non politiques. Bien sûr, c’est la plus grande responsabilité de ceux qui voient et devraient voir la solution dans la politique, de dissiper les nuages ​​sombres sur notre démocratie qui a passé des tests difficiles et d’empêcher les tendances anti-démocratiques. Nous sommes conscients de cette responsabilité. Rassemblons-nous davantage, resserrons encore nos rangs, résistons tous au goulot d’étranglement dans lequel les opposants à la Turquie veulent nous entraîner et au goulot d’étranglement qu’ils veulent dénoncer, résistons en montrant que la miséricorde en est née. colère, et atteignons la superpuissance de la Turquie par la volonté du peuple. Que notre amen se lève dans nos cœurs, que nos prières s’unissent dans notre ciel, que nos souhaits s’enflamment dans nos horizons et j’espère que nos rêves se réalisent, je souhaite que la Turquie et le peuple turc se rencontrent pour toujours. Unissons-nous, soyons ensemble, prouvons tant aux amis qu’aux ennemis que nous sommes une grande nation d’est en ouest, du sud au nord, afin de mettre fin aux scénarios de ceux qui tentent de changer l’ordre constitutionnel par la force et les armes. La Turquie est à nous, tout le monde est Turc.

« C’EST LE JOUR DES INSCRIPTIONS ET DE LA CONFIRMATION DE NOTRE FRATERNITÉ »

  • La nation turque est une grande puissance qui n’accepte pas la séparation et a payé le prix de son existence par le sang et le sacrifice. Levons-nous, ne rions pas des traîtres, ne nous frottons pas aux putschistes, rassemblons-nous sous le drapeau rouge avec le croissant et l’étoile, symbole de notre indépendance. Ne laissons pas une chance à ceux qui instillent la peur, à ceux qui dressent des épouvantails et s’occupent des abus politiques, gardons la Turquie en vie, servons sa domination de manière sincère. Aujourd’hui est la journée de la solidarité. Aujourd’hui est le jour de l’inscription et de la confirmation de notre fraternité. Aujourd’hui est le jour où il faut voir grand, rechercher notre indépendance, vaincre ceux qui calculent peu et assistent à notre désintégration.

Cumhuriyet TV Youtube S'abonner

Leave a Comment