Le comité fédéral discutera des prochaines étapes pour recevoir les documents de Hockey Canada

Note de l’éditeur: L’histoire suivante parle d’agression sexuelle et peut déranger certains lecteurs.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez avez besoin d’aide, vous pouvez trouver des centres, des lignes directes et des services propres à chaque province partout au Canada. ici. Pour les lecteurs en Amérique, il existe une liste de ressources et de références pour les survivants et leurs familles. ici.

Le Comité permanent du patrimoine canadien a reçu une série de documents de Hockey Canada concernant le traitement par l’organisation des allégations d’agression sexuelle en 2018 et la résolution de la poursuite qui a suivi.

Un porte-parole de Hockey Canada a confirmé à Sportsnet que les demandes avaient été soumises à la commission et avaient été reçues vendredi après-midi. La date limite pour soumettre les documents demandés par le conseil fédéral après l’éviction de Hockey Canada le mois dernier à Ottawa était 23 h 59 HE vendredi.

Les membres du Comité du patrimoine se réuniront lundi pour discuter de la marche à suivre avant les prochaines audiences de Hockey Canada les 26 et 27 juillet et pour déterminer quelles informations le comité peut divulguer et ce qui sera légalement discuté lors de ces audiences.

“Certains sont secrets. Certains sont exclusifs. Nous devons donc décider ce que nous allons faire, car nous tenons des réunions publiques », a déclaré l’honorable députée de Vancouver-Centre et présidente du Comité parlementaire permanent du patrimoine canadien. Hedy Fry, Cormac Mac Sweeney, chef du bureau CityNews du Parlement, a déclaré vendredi. (La conversation a eu lieu avant qu’il ne soit confirmé que tous les documents avaient été reçus.)

La demande du panel comprenait une entente de non-divulgation (avec les noms du demandeur et des joueurs expurgés), des copies des communications entre Hockey Canada, les équipes et les joueurs, et toutes les communications internes pertinentes entre le traitement de la réclamation et le règlement entre juin 2018 et le 15 juillet , 2022.

« Tout ce qui peut être partagé ouvertement sera partagé. Ceux qui ne peuvent pas être rendus publics ne seront pas publiés », a déclaré Fry à propos des documents.

Il a dit “tout va bien” pour les sessions à venir et a été clair sur l’objectif du conseil :

“Notre objectif n’est pas de découvrir ce qu’a fait l’agresseur présumé, qui sont les auteurs, qui est la victime. « Nous aimerions savoir comment Hockey Canada aborde ce problème en 2018. » « Quelles démarches avez-vous faites ? Quel genre de discours ont-ils prononcés ? Nous voulons aller au fond car nous n’étions pas satisfaits des premières réactions que nous avons eues d’eux.”

Le mois dernier, après que le comité à Ottawa a entendu les déclarations du président de Hockey Canada Scott Smith, du PDG sortant Tom Renney et du président de la Fondation Hockey Canada Dave Andrews concernant la gestion de l’incident, le comité a demandé que d’autres témoins comparaissent devant le Parlement. Juillet. Ces témoins comprennent des membres de Hockey Canada et de la Ligue canadienne de hockey, la secrétaire aux sports Pascale St-Onge, des représentants du cabinet d’avocats Henein Hutchinson LLP et de la compagnie d’assurance de Hockey Canada, BFL Canada.

“Quiconque a vu la première audience comprendra que tous les partis politiques, sans exception, s’intéressent à cette commission et estiment que nos questions n’ont pas reçu de réponse adéquate”, a déclaré Fry dans sa déclaration du 20 juin. “Alors nous les rappelons et appelons plus de gens. Et nous essayons de mettre la main sur certains documents. Cependant, tout cela doit être fait afin de protéger la vie privée des auteurs présumés et des victimes. Et ce sont les choses que nous voulons faire.

Les principales conclusions de l’audience initiale du 20 juin comprenaient le fait que Hockey Canada n’avait pas ordonné à tous les joueurs de coopérer à l’enquête Henein Hutchison LLP, et l’enquête n’était pas terminée lorsqu’elle s’est terminée en septembre 2020. De nombreux politiciens avaient des questions en tête. Ils ont pris conscience de ce qui avait été fait pour prévenir de nouveaux dommages dans les années qui ont suivi les allégations et étaient fâchés que l’organisation ait depuis reçu des rapports sur de nouveaux incidents.

“A quelle fréquence ceci se passe-t-il? Cela arrive-t-il souvent ? Pourquoi cela se produit-il même après 2018 ? Quelles mesures avez-vous prises pour empêcher cela ? Ce sont les choses que nous voulons accomplir », a déclaré Fry vendredi.

En avril, l’Association canadienne de hockey féminin a poursuivi huit joueuses de la LCH, dont la Ligue canadienne de hockey et certains membres de l’équipe canadienne junior 2017-2018. Dans une plainte officielle, la femme, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré avoir été agressée sexuellement par huit acteurs à London, en Ontario. Chambre d’hôtel après la première de Hockey Canada. L’affaire a été classée en mai. L’affaire n’est pas parvenue au tribunal.

Depuis que les allégations ont fait surface pour la première fois dans les nouvelles concernant le contrat, Hockey Canada a fait l’objet d’un examen minutieux pour sa gestion de l’affaire. Le mois dernier, le gouvernement a gelé le financement et peu de temps après, plusieurs sponsors majeurs ont annoncé qu’ils retiraient leur soutien à l’organisation avant les Championnats du monde juniors (reportés) de 2022 en août, appelant au changement et à la responsabilisation au sein de l’organisation.

Jeudi, Hockey Canada a annoncé qu’il rouvrirait une enquête sur l’incident. La femme, qui n’était pas impliquée dans l’enquête de la police ou de Hockey Canada 2018, se joindra à l’enquête rouverte, a déclaré jeudi son avocat à Sportsnet.

– Avec des fichiers de Cormac Mac Sweeney et Paul D. Grant

Leave a Comment