Le ministre Bozdag a annoncé en direct ! “La Turquie s’est retirée de la Convention d’Istanbul, mais…”

Ministre de la Justice Bekir Bozdag “La Turquie s’est retirée de la Convention d’Istanbul, mais la loi n° 6284, qui est la loi d’application de cet accord, est actuellement en vigueur. Cette loi est en cours d’application.” Il a dit. En outre, concernant la décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre Osman Kavala, le ministre Bozdağ a déclaré : “Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe et la Cour européenne des droits de l’homme n’agissent pas équitablement en ce qui concerne la Turquie.” fait une déclaration.

“LES PROBLÈMES LES PLUS GRAVES ET LES PLUS IMPORTANTS DE LA TURQUIE SONT LES MEURTRES”

Le ministre de la Justice Bekir Bozdağ a répondu aux questions lors d’une émission en direct sur TVNet et a présenté les évaluations à l’ordre du jour.

Interrogée, Bozdag a déclaré que la violence à l’égard des femmes et des femmes figurait parmi les problèmes les plus graves et les plus importants de la Turquie.

Déclarant que les gouvernements du Parti AKP ont déclaré qu’ils étaient du côté des femmes dès leur arrivée au pouvoir, Bozdağ a déclaré que la violence à l’égard des femmes figurait parmi les principaux points à l’ordre du jour.

Notant que pendant leur gouvernement, les situations défavorables à l’égard des femmes ont été éliminées, Bozdağ a déclaré qu’ils avaient aboli les dispositions des lois qui classaient les femmes de différentes manières et que la discrimination positive était permise pour les femmes.

“LA TURQUIE SE RETIRE DE LA CONVENTION D’ISTANBUL, MAIS…”

Lorsqu’on lui a demandé si le retrait de la Convention d’Istanbul empêchait la lutte contre la violence à l’égard des femmes, Bozdağ a déclaré : « La Turquie s’est retirée de la Convention d’Istanbul, mais la loi n° 6284, qui est la loi d’application de cet accord, est actuellement en vigueur. La loi est en cours d’application. Les dispositions de ces lois font partie de la législation turque et de notre droit interne. La lutte de la Turquie contre la violence à l’égard des femmes et les meurtres contre les femmes ne peut être réduite à la Convention d’Istanbul, et si c’était le cas, ce serait une grande injustice Purica. ” Il a dit.

RABAIS INJUSTE

Évaluant la question des remises sur les provocations injustifiées, Bozdag a déclaré qu’il avait lancé la discussion sur les provocations injustifiées.

Soulignant que la pratique de la provocation déloyale existe non seulement dans le droit turc mais aussi dans le système juridique du monde entier, Bozdağ a déclaré :

“En tant que ministère, nous avons pris cette question en examen et en recherche de notre propre point de vue. Nos collègues examinent le droit comparé. Ils examinent la jurisprudence de notre Cour suprême. Cette question est discutée et discutée avec nos avocats pénalistes. Comme à la suite de ces discussions, s’il est nécessaire de changer la pratique de la provocation injustifiée, nous sommes déterminés à faire un pas vers ce changement.”

Répondant à une question concernant les cas de l’organisation terroriste Fetullah (FETO), le ministre Bozdağ a déclaré que 117 mille 208 personnes ont été condamnées et 87 mille 519 personnes ont été libérées.

Bekir Bozdağ a déclaré que 322 mille 187 personnes ont également reçu une décision de non-poursuite au cours de la phase d’enquête.

Déclarant qu’il y a 19 mille 30 détenus et condamnés dans les prisons à cause de FETO, Bozdağ a déclaré que le contrôle judiciaire a été ordonné sur 181 mille et 450 personnes.

RETOUR DES TERRORISTES FETO EN TURQUIE

Rappelant que de nombreux pays ont demandé l’extradition de terroristes fugitifs FETO vers la Turquie, le ministre Bozdag a poursuivi :

“Les États-Unis n’ont jusqu’à présent donné aucune réponse négative ou positive à la demande d’extradition d’un membre de la FETO, y compris le chef terroriste turc Fetullah Gülen. Actuellement, l’Allemagne, la France, l’Angleterre, de nombreux pays non seulement n’extradent pas les membres de la FETO, mais ils ils les protègent personnellement.” Ils soutiennent et ouvrent de nombreuses opportunités de leur pays. Ils les nourrissent comme ils nourrissent tous ceux qui sont hostiles à la Turquie.”

Soulignant que les organisations terroristes sont soutenues par de nombreux pays, en particulier les États-Unis, Bozdağ a déclaré que ces pays, qui ne veulent pas d’une Turquie forte, investissent dans quiconque nourrit des sentiments hostiles envers la Turquie et a un grand potentiel de trahison.

VERDICT DE LA CEDH SUR OSMAN KAVALA

Rappelant la dernière décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) sur Osman Kavala, Bozdağ a souligné que la Turquie est un pays qui s’est engagé à respecter les décisions de la CEDH.

Le ministre Bozdag a déclaré :

“La Turquie est le pays qui s’est conformé aux décisions de la CEDH au taux le plus élevé parmi les pays qui se sont engagés à se conformer aux décisions de la Cour européenne des droits de l’homme. Le taux de conformité aux décisions de la Cour européenne des droits de l’homme Jusqu’à présent, le taux de respect des droits est de 80,20 %. Le taux de conformité de la Turquie est de 87,98 %. Osman” En ce qui concerne Kavala, le 10 décembre 2019, la Turquie a agi conformément à la décision sur la violation de la Cour européenne des droits de l’homme et l’a mise en œuvre. Après cette pratique, les avocats de Kavala ont présenté l’affaire à la Cour constitutionnelle en disant “Il ne s’est pas conformé”, car sa détention a été poursuivie à partir d’un autre dossier et crime. dossier séparé, crime séparé, a décidé que le tribunal turc avait agi conformément à la décision de la Cour européenne des droits de l’homme. Elle fait désormais l’objet du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe. Il y a actuellement plus de 72 000 dossiers devant la Cour européenne des droits de l’homme. Dans la partie supérieure appelée ‘ il y a 22 écritures. Il s’agit du 22e dossier, le dernier dossier à retirer, le délai d’attente pour le premier de ces dossiers est de 1,5 ans.

Les autorités administratives ont fermé ces associations parce que le mot “turc” est mentionné dans le nom des associations sportives et de jeunesse en Grèce. La justice a jugé l’administration justifiée. Ils l’ont portée devant la Cour européenne des droits de l’homme. La Cour européenne des droits de l’homme a déclaré qu’il y avait eu une “violation des droits”. La Grèce n’a pas suivi et mis en œuvre ces décisions depuis 2008. Elle est pendante devant le Grand Conseil. La Grande Chambre a renvoyé cette décision à la Cour EDH et n’a pas encore demandé d’avis. La France, l’Allemagne, de nombreux pays ont une décision. Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe et la Cour européenne des droits de l’homme n’agissent pas équitablement vis-à-vis de la Turquie, ils agissent comme des partis. Nous l’avons vu dans le cas de Leyla Şahin, Merva Kavakçı, nous l’avons vu dans les cas du Welfare Party, le Virtue Party. Il y a beaucoup d’événements, si c’est un droit humain, je suis aussi humain, j’ai aussi un droit. Tu devrais me traiter comme n’importe quelle autre personne. La Turquie est un pays qui revendique ces droits. La Turquie devrait également être traitée sur un pied d’égalité. Je ne pense pas qu’il était juste, il n’était pas impartial.”

Source : AA

CLIQUEZ POUR RETOURNER À LA PAGE D’ACCUEIL
La réponse de l’ancien député du parti AK au vice-président du groupe CHP Özkoç ! “Je suis arrivé au Parlement le 15 juillet”
Lieu : Istanbul !  Depuis la chambre d'hôtel, il a éparpillé des dollars sur la route et les a partagés sur les réseaux sociaux.Lieu : Istanbul ! Depuis la chambre d’hôtel, il a éparpillé des dollars sur la route et les a partagés sur les réseaux sociaux.
Le bus s'est renversé dans la prison de Kayseri !Le bus s’est renversé dans la prison de Kayseri !

Leave a Comment