Une manifestation a eu lieu à Kadıköy contre la décision du Conseil d’État de la Convention d’Istanbul

ÇAĞATAN AKYOL

A Istanbul, des femmes ont protesté sur la jetée de Kadıköy contre le rejet du procès intenté pour l’annulation du retrait de la Turquie de la Convention d’Istanbul par décision du Président de la République. Fidan Ataselim, secrétaire général de la plateforme We Will Stop Femicide, a déclaré : « Le pouvoir politique ne peut pas aller tout droit dans la direction qu’il a décidée. Voyons que les femmes et les LGBTQIA ne compromettent jamais leurs décisions en matière de liberté. Cela nous donne une plus grande responsabilité. Cela signifie que le départ de ce pouvoir politique ne passera que par nos mains”, a-t-il déclaré.

La 10ème chambre du Conseil d’Etat a rejeté la plainte déposée pour annuler la décision de retrait de la Turquie de la Convention d’Istanbul signée par le président. Dans l’explication de la décision, il est indiqué que “si le Parlement donne son consentement à la ratification du contrat, il n’y a aucun doute lorsqu’il donne également le pouvoir au président de résilier le contrat”. La décision, qui a déclaré que la loi no. La loi n° 6284 visant à prévenir la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, rédigée et mise en œuvre, a été adoptée avec trois voix pour et deux.

Après la décision, une action a eu lieu devant la jetée de Kadıköy à Istanbul à l’appel de la plateforme We Will Stop Femicide. “Nous ne reconnaissons pas la décision illégale. Nous ne renonçons pas à la Convention d’Istanbul”, ont crié des slogans.

Fidan Ataselim, secrétaire général de la Plateforme Nous arrêterons les féminicides, a déclaré qu’ils se sont réunis pour dire une fois de plus qu’ils n’ont pas abandonné la Convention d’Istanbul. “Nous ne sommes pas seulement ici. Ataselim a dit :

« NOUS SOMMES FACE À UNE DÉCISION POLITIQUE : Nous sommes dans des cas de violence contre les personnes LGBTQIA, nous sommes dans des cas de meurtre. Nous sommes tous les jours sur les places. Chaque jour que ce pouvoir politique ne remplit pas ses obligations, chaque jour que l’État ne remplit pas ses obligations, chaque jour qu’il est misogyne, chaque jour qu’il répand la haine envers les personnes LGBTQIA, nous sommes sur ces places et nous nous rencontrons. Il faut qu’on se voit. Aujourd’hui, nous l’avons réalisé une fois de plus. Nous devons continuer à résister et à nous battre. Il était possible que la décision tourne comme ça. Bien sûr, nous souhaitons qu’il n’en soit pas ainsi. Nous voudrions dire que le Conseil d’État soutiendrait légalement la Constitution et dirait que le président dans son ensemble ne peut pas agir au-dessus de la Constitution. Nous voudrions qu’il dise à un homme, un homme, un président qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut. Cela ne s’est pas produit parce que nous sommes confrontés à une décision politique. La 10e chambre du Conseil d’État a pris une décision politique à la majorité. Elle a déclaré que comme lors des 4 audiences, des femmes qui ont rempli l’immense salle de conférence du Conseil d’État, LGBTQIA, des centaines de personnes issues de partis politiques, d’organisations de femmes, d’organisations de masse démocratiques et d’associations d’avocats ont parlé de ce qu’est la Constitution.

VOICI LES RÉSULTATS DU SYSTÈME PRÉSIDENTIEL : Certains d’entre eux étaient nos amis qui ont été exposés à la violence, certains étaient nos amis avocats, certains étaient nos professeurs qui nous ont enseigné dans les collèges. Un par un, c’était expliqué un par un, comme si nous étions dans un cours de compréhension de lecture. Que dit la constitution, les lois, que signifie la décision du président ? Ils ne voulaient pas voir ça. Au moment même où le président tournait contre lui une grande partie de la société au milieu de la nuit, s’occupait du groupe réactionnaire resté en marge de la société et retirait sa signature de la Convention d’Istanbul, le Conseil d’État signait lui-même cette décision. Il y a quelque chose d’essentiel que nous devons savoir ici, et c’est ceci. On ne peut pas dire que le droit est complètement mort. Nous allons toujours fort. Que tous les magistrats de la 10ème chambre du Conseil d’Etat ont signé cette décision ; Si les procureurs avaient dit oui, cette décision est appropriée, alors nous aurions pu être pessimistes parce que c’est fini, mais il n’y a pas besoin d’être pessimistes, les amis. Ce sont les résultats de ce que le système présidentiel apporte à l’ordre et au régime où à ce niveau une personne essaie de tout décider. Ce n’est rien d’autre.

NOUS NE CONNAISSONS PAS LES MOUVEMENTS APRÈS FERMETURE DES PORTES : Cela aurait pu être empêché par la loi. Ils étaient aussi en avance sur lui politiquement. On ne sait plus quels mouvements ils ont fait à huis clos. Nous ne savons pas quel genre d’accords ils ont conclus, mais ce que nous savons, c’est que c’est une décision politique et qu’il ne suffit pas d’aller sur les écrans et de dire “cette décision n’a pas eu lieu” alors que les meurtres de dizaines de femmes ont été commis, chaque jour des réductions sont appliquées aux provocations injustes devant les tribunaux, et lorsque le meurtrier Pınar Gültekin bénéficie d’une réduction pour les provocations malhonnêtes. Il a fallu appliquer pleinement la Convention d’Istanbul, qui est un traité international, résultat d’un cumul général, et annuler cette décision devant le Conseil d’État, mais nous ne sommes pas si faibles. C’est une décision majoritaire, mes amis. Trois juges de la 10ème chambre du Conseil d’Etat ont déclaré que “cette décision est appropriée”. Deux femmes juges ont déclaré que “cette décision n’est pas conforme à la Constitution”. Pas seulement deux juges. Deux procureurs différents ont déclaré que cette décision n’était pas conforme à la Constitution et qu’elle devait être annulée. Et le juge d’instruction. Pensez-y, si tout le monde disait à l’unisson “oui, cette décision est appropriée”, alors nous commencerions probablement à penser à d’autres choses, mais ce n’est pas le cas. Par conséquent, nous pouvons dire que cette décision est controversée et illégale de ce seul aspect.

LE DEPART DU POUVOIR POLITIQUE NE PEUT VENIR QUE DE NOUS : Il n’y a pas de place pour le désespoir. Nous connaissons cette réalité à travers notre propre résistance, notre lutte pour la camaraderie, notre lutte pour la vie de tous les jours, notre lutte pour une vie égale et libre, et toute la société le sait. Il y a un autre côté au problème. Les élections approchent. À l’approche des élections, nous voyons le pouvoir politique s’étirer sur certaines questions. Ils ont aboli les intérêts sur les prêts KYK. Ils ne l’ont pas enlevé avant. Ils disent qu’on peut conclure diverses ententes concernant certains enjeux dans le domaine de la recherche. Parce qu’il y a une impasse dans le système et que la situation est évidente, nous sommes en pleine crise économique. En juillet, ils ont augmenté le salaire minimum, bien qu’ils n’en soient pas satisfaits. Je veux dire, avant les élections, le gouvernement politique fait divers efforts avec la peur des votes, et il ne peut pas aller tout droit dans la direction qu’il a décidée. Voyons que les femmes et les LGBTQIA ne compromettent jamais leurs décisions en matière de liberté. Cela nous donne une plus grande responsabilité. Cela signifie que le départ de ce pouvoir politique sera entre nos seules mains.

LA RÉGLEMENTATION PARTIELLE DANS LE DROIT PÉNAL N’ASSURE PAS NOTRE SURVIE : Au détriment du droit des femmes à la vie, au détriment de la discrimination quotidienne contre les personnes LGBTQI, ils ont essayé de prendre d’autres mesures positives concernant les femmes. rappelles toi. Ils ont dit que nous corrigions le Code criminel. Ils ont dit que la suppression de la signature de la Convention d’Istanbul n’entraînait aucun défaut dans notre pratique. Ils ont changé le code criminel. Ils ont dit qu’ils avaient soi-disant supprimé les rabais de bonne conduite. Nous savons que ce n’est pas comme ça dans la pratique, ce n’est pas comme ça dans la loi, mais ils ont dit qu’ils avaient pris des mesures positives d’une manière relativement manipulatrice. Mais même ces étapes partielles et manipulatrices n’ont pas été profitables. C’est la profonde inégalité dans laquelle nous vivons, seulement une adaptation partielle du droit pénal qui ne nous aide pas à survivre. Il n’a pas pu empêcher l’application de la remise injuste pour provocation au meurtrier Pınar Gültekin. Cela n’empêche pas le meurtre brutal de femmes au quotidien. Qu’est-ce qui empêcherait cela ? La mise en œuvre de la Convention d’Istanbul dans son ensemble ne fait qu’empêcher le féminicide. Alors on peut réduire un peu, on peut faire un peu de progrès. Car il parle dans son ensemble de prévention, de protection, de redressement, d’élaboration de politiques et impose une responsabilité à l’État.

NOTRE VOIES LEGALES OUVERTES DE PLAINTE : Cela a été dit par le pouvoir politique et seulement le président. Il a dit: «Je prends la décision que je veux dans ce pays. Personne ne peut remettre en cause mes décisions’ et le Conseil d’Etat l’a malheureusement enregistré. Notre voie d’appel juridique est ouverte, mais le pouvoir politique continue de faire obstacle au fémicide, à la violence contre les femmes, qui est l’un des problèmes les plus importants de la société, et à tous les processus qui permettront aux LGBTQIA d’obtenir l’égalité des droits civils, ce qui est encore un problème à résoudre. Donc, ce qu’ils ont mis à l’ordre du jour pour le résoudre, ils ont même évoqué la peine de mort. Qu’ont-ils pensé, parce qu’ils ont dit que si on dit la peine de mort, ce sera probablement résolu. Ici non plus, il ne faut pas être pessimiste. Personne dans cette société ne fait l’éloge de la peine de mort comme avant. Il n’y a pas d’équivalent de la mort dans la société telle qu’elle était autrefois. Nous affirmons déjà que ce n’est pas une solution, nous disons que c’est une pratique dépassée, mais une grande partie de la société n’y est plus favorable.

NOUS CONTINUERONS LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION D’ISTANBUL : Toutes ces réalisations sont le résultat de notre lutte politique quotidienne, de notre lutte organisée. Dès lors, les autorités politiques peuvent vouloir continuer à maintenir les femmes sous le joug. Il ne veut peut-être pas voir les personnes LGBTQIA comme des citoyens égaux. Cela n’enlève rien à nos gains. Cela ne pourra jamais nous enlever notre existence, notre lutte pour la vie. S’ils sont déterminés, nous le sommes encore plus car nous affrontons chaque jour la menace de mort. Désormais, il sera de notre devoir de mener ce combat de manière plus organisée. Ils continueront à nous voir sur toutes les places, cours, halls, cours, rues, partout. Ils continueront à nous percevoir comme une force politique organisée. Bien que la signature de la Convention d’Istanbul ait été retirée, nous continuerons à mettre en œuvre la Convention d’Istanbul. Nous continuerons à expliquer tout son contenu à la société et à faire en sorte que des décisions soient prises dans ce sens, mais nous ne proposerons pas de nouvelle loi. En premier lieu, l’un de nos devoirs sera d’envoyer cette puissance. Il n’y a pas de liberté et d’égalité pour les femmes, les LGBTQIA, les travailleuses, les travailleurs, les peuples, sans envoyer ce pouvoir politique.

CHAQUE ARTICLE DE LA CONVENTION EST MAINTENANT CHACUN DE NOUS : Cette décision du Conseil d’Etat à la majorité est illégale, nous ne la reconnaissons pas. Chaque article de la Convention d’Istanbul est désormais chacun de nous. Bien sûr, nous ferons de notre mieux légalement, mais nous augmenterons notre lutte de manière organisée, à la fois dans la pratique et dans notre lutte sociale. Plus d’organisation, plus de temps pour résister, arrêter plus de féminicides, mettre fin à la violence contre les femmes, élever la lutte des personnes LGBTQIA+ et envoyer ce pouvoir politique, nous nous battrons de manière organisée. Que la force soit entre nos mains et les horizons dans nos esprits.”

GÜMÜŞAY : NOUS CONSTRUISONS UNE VIE ÉGALE

Tuğgen Gümüşay du Mouvement des femmes socialistes a également déclaré qu’il ne reconnaissait pas la décision. Gumusay a dit :

“Nous faisons confiance et connaissons toutes les femmes que nous voyons dans la rue, avec qui nous sommes côte à côte dans la rue. En tant que ces résistants, nous établirons la vie libre et égale que nous voulons. Nous ne pourrons créer et gagner la Convention d’Istanbul que sur cette voie, en nous rassemblant dans les rues et sur les places, avec une colère chaque jour croissante. C’est pourquoi nous appelons une fois de plus tout le monde à ne pas laisser les rues et les places vides et à continuer à faire écho à nos voix dans chaque rue avec des actions.”

Leave a Comment