Les interdictions de festival servent à punir le public

22 juillet 2022 à 06:30

S’abonner

Actualités de Google

On dit que la géographie est le destin, mais je ne suis pas trop d’accord avec ça. Je pense que c’est le destin qui régit la géographie dans laquelle nous vivons.

Il y a de nombreuses années, nous avons eu un spectacle musical “Tout est merveilleux”.

À la fin du match, je traînais avec les gens assis au premier rang et nous terminions ce match. L’une des personnes avec qui j’ai traîné au spectacle de Tekirdağ, le gouverneur de la ville, a été arrêtée après le match et j’ai dû passer toute la nuit en détention. Lorsque j’ai demandé aux agents du commissariat pourquoi j’étais détenu, on m’a répondu : « Vous avez insulté notre gouverneur ».

Bien sûr, je n’ai pas offensé notre estimé gouverneur, mais j’ai passé la nuit au sous-sol à cause d’un tuyau d’un agent de sécurité intrusif qui a vu cette situation interactive de fin de partie comme une “insulte à notre pays”.

À mon avis, l’État a des obligations très importantes envers ses citoyens, ainsi qu’envers les citoyens. Étant donné que l’État assume généralement ces responsabilités avec certaines sanctions, nous ne pourrions jamais avoir une relation saine avec cette structure.

Dans ce pays, il est beaucoup plus facile de faire des compromis, d’interdire que de résoudre. Condition sine qua non de la démocratie, marches, rassemblements, tribunes, protestations – si elles ne sont pas du côté du gouvernement – sont aussitôt tentées d’être réprimées par les forces de l’ordre et la force démesurée. Récemment, concerts et festivals ont également eu leur part de ces pratiques anti-démocratiques.

Récemment, la partie centrale du 20e festival Munzur de la culture et de la nature à Tunceli a été annulée.

En fait, ce festival devait se dérouler dans une ambiance festive avec des chants, des chansons folkloriques, des séances ouvertes et des forums auxquels tous les habitants du Dersim participeraient, mais là encore une atmosphère tendue s’est créée et le gouvernement l’a voulu.

Alors que la partie concert du festival voulait attirer l’attention sur les interdictions de musique et les annulations de concerts en Turquie, elle est elle-même devenue une partie de ces interdictions.
Pour résumer la situation,

Le comité d’organisation du festival de la culture et de la nature de Munzur a informé le gouvernorat des artistes, des conférenciers et des événements qui auront lieu lors de ce festival quelques jours à l’avance. Ce programme est, bien sûr, préparé dans une perspective où l’art, qui défend la langue, la culture, la croyance et la nature du peuple Dersim, est librement ressuscité.

Et contrairement à d’autres festivals municipaux, il comprenait non seulement des concerts, mais aussi une série de mini-ateliers de sensibilisation sociale.
Mais bon, certaines sensibilités et préjugés ont empêché un autre festival de rencontrer la population locale. N’oublions pas que ceux qui sont punis ici ne sont pas des musiciens, des militants, des écrivains, des volontaires écologistes, mais les habitants du Dersim eux-mêmes.

Voyons ce qu’il faut faire pour empêcher ces annulations, pourquoi cette situation s’est produite et pourquoi il en est ainsi. Et cherchons des réponses à certaines questions. (Merci à Caner Aktan du journal Yeni Dersim pour les informations qu’il a fournies)

Il y a un comité d’organisation du festival et ils préparent le contenu de ce festival. Le bureau du gouverneur a-t-il le pouvoir d’intervenir dans un tel programme ?

Le nombre d’hôtels et de lits au Dersim est connu. Pourquoi n’est-il pas possible pour les participants et les amateurs d’art extérieurs à ma classe de séjourner dans des dortoirs publics pour étudiants, comme lors des festivals précédents ? (La rénovation, la peinture, le badigeonnage, etc. ne peuvent pas en être la cause. Car la date de ce festival de trois jours est déjà connue. Si des travaux d’entretien doivent être effectués, d’autres jours que le 22-24 juillet peuvent être choisis)

Pourquoi le City Stadium, où se déroulaient des concerts tout au long du festival, n’est-il pas autorisé cette année ?

Quelles sont les raisons légales pour lesquelles deux groupes de musique (Grupa Komentar et Rebellion Fire) ne sont pas autorisés à entrer dans la ville, et encore moins à donner des concerts ? (Veuillez ne pas écrire de phrases commençant par paix et confiance.)

Pourquoi les marches et les déclarations médiatiques contre la corruption, l’assimilation et les massacres naturels ont-elles été empêchées ?

Je crains que la parole qu’ils ont prononcée il y a de nombreuses années au sujet de l’éducation nationale n’ait été prononcée par nos gouverneurs.

Cela ne se transformerait pas en “Comment puis-je diriger cette ville sans ces festivals”…

Vers notre chaîne YouTube pour les actualités vidéo s’abonner

Leave a Comment