Qui a peur de Frankenstein : êtes-vous prêt à devenir immortel ?

Le jeune scientifique Victor Frankenstein est aussi quelqu’un qui cherche un remède contre la mort comme Gilgamesh, mais sa méthode se limitait à créer un nouvel homme à partir de morts. On ne peut pas dire qu’il ait réussi à nous créer avec la même conscience.

S’abonner

Actualités de Google

prof. dr. Dogan Kokdemir* – @dkokdemir

“La mort n’est qu’une œuvre de la nature et est sans aucun doute en harmonie avec la nature.” une
Marc Aurèle (121-180)

Marcus Aurelius, “l’empereur philosophe” stoïcien, qui croyait en l’importance d’une vie vertueuse, nous en a parlé il y a environ 2000 ans. Comme la vie, la mort est une œuvre de la nature, et comme la vie, la mort est en harmonie avec la nature. [1]. La mort est l’un des problèmes les plus importants auxquels les gens pensent constamment, essaient de comprendre et même essaient de trouver une solution depuis qu’ils existent. Peut-être le plus important. Un autre roi, le roi Gilgamesh d’Uruk, n’était-il pas à la recherche d’un remède à la mort de son ami Enkidu, tout en recherchant également sa propre immortalité ? Fait intéressant, Gilgamesh était presque sur le point d’y parvenir, mais lorsque le serpent est sorti de l’eau et a emporté la plante de l’immortalité, Gilgamesh et nous, les humains, étions condamnés à rester mortels. [2]. Si nous considérons qu’environ 4000 ans se sont écoulés depuis l’épopée de Gilgamesh, nous pouvons comprendre combien de temps nos esprits ont été occupés par le fait que nous allons un jour disparaître.

L’immortalité est-elle vraiment un rêve de science-fiction ou la civilisation, qui réussit chaque jour à explorer un peu plus les particularités du cerveau, la structure du monde et les profondeurs de l’univers, trouvera-t-elle une solution à cette plus grande peur de l’homme ? En supposant que vous le trouviez, sommes-nous prêts pour ce grand changement, l’idée de la vie éternelle ?

Le souhait de Gilgamesh

Je ne sais pas pour vous, mais la Fondation Alcor Life Extension semble plutôt prête pour cela. Ils prétendent être équipés pour réaliser le souhait du roi Gilgamesh d’Uruk; Gilgamesh cherchait une solution au mauvais endroit, la solution n’était pas dans une usine qui donnerait l’immortalité, mais dans la technologie. Au moins jusqu’à ce que l’immortalité soit trouvée (probablement un remède biologique ou médical), la technologie nous permettra de le faire. La fondation prétend disposer d’une technologie qui permet aux gens de “cacher” des personnes jusqu’à ce qu’une “véritable solution” soit trouvée. Il faut dire qu’il revendique ; parce que nous ne savons pas à l’avenir si un tel développement sera vraiment possible pour que les gens vivent un changement biologique qui puisse vaincre la mort, et la Fondation Alcor n’en est pas sûre non plus. Leur seule prétention est que cette option vaut la peine d’être essayée.

La juxtaposition des concepts de technologie, de science, de mort et d’immortalité nous rappelle inévitablement le fantastique classique de la science-fiction de Mary Shelley, Frankenstein. [3]. Victor Frankenstein, un jeune scientifique, est aussi quelqu’un qui cherche un remède contre la mort comme Gilgamesh, mais sa méthode se limitait à créer un nouvel homme à partir de morts. En d’autres termes, on ne peut pas dire qu’il ait réussi à nous créer, nous qui avons peur de la mort, avec la même conscience que nous. La Fondation Alcor nous fournit les outils pour y parvenir.

Basée dans le désert de Sonora au sud-ouest des États-Unis, la Fondation Alcor est garantie de vous maintenir en bonne santé physique jusqu’à ce que la science trouve un remède à la mort. Dans ce cas, vous devez être congelé (cryoconservation) immédiatement après le décès, sans délai. Si un jour un remède à la mort est trouvé, il sera possible de faire revivre votre corps, dont les tissus étaient intacts. Même tout cela ressemble en fait à une histoire de science-fiction, mais c’est ce qui est intéressant, ce n’est pas une histoire, c’est une véritable application avec des “clients”. Au moment où j’écris ces lignes, la Fondation comptait 193 “patients” en état de mort cérébrale (c’est-à-dire légalement documentés morts). Alcor préfère désigner ceux qui en font la demande (demande avant de mourir, bien sûr) et sont figés après la mort comme des « patients » ; À partir de là, vous pouvez supposer que la mort apparaît également comme “maladie”. A la place de l’entropie (deuxième loi de la thermodynamique), qui prédit que tout va se dégrader avec le temps, ils préfèrent utiliser un concept différent : l’extropie. L’ectropie souligne qu’avec l’aide de la science et de la technologie, la décomposition peut être évitée et ainsi les êtres humains peuvent devenir immortels. Bien sûr, nous devons dire qu’il s’agit toujours d’une revendication.

qui-a-peur-de-frankenstein-prêt-à-être-négatif-1043714-1.

Le premier homme gelé

Sur la petite photo, le psychologue américain prof. dr. James H. Bedford (1893-1967). Bedford est le premier homme à être gelé à titre posthume. Sur la photo principale, vous voyez Ted Williams (1918-2002), également un joueur de baseball américain légendaire. Dans ses dernières années, Williams était un athlète souffrant de problèmes cardiaques et c’est pourquoi il est décédé. Fait intéressant, le testament de Williams l’a fait incinérer, mais son fils John-Henry Williams a fait congeler le corps par Alcor; John-Henry Williams, également décédé en 2004, est devenu l’un des nouveaux “patients” d’Alcor.
Chacun des 193 “patients” d’Alcor a sa propre histoire ; Il existe différentes causes de décès, le sexe, l’âge. Mais le but est commun : nous ramener à la vie quand nous réussissons à vaincre la “maladie” qu’on appelle la mort. Les deux exemples ci-dessus sont de bons exemples d’Alcor, car leur heure de mort était plus ou moins prévisible, leur permettant d’être instantanément gelés sans aucune détérioration du corps physique.
Vous devinerez qu’une telle application (ou technologie) a un certain prix. Bien qu’il ait changé tous les coûts, les calculs et les conditions de facturation ces dernières années, il ne serait pas faux de mentionner qu’il existe deux possibilités. Le coût de la congélation de tout le corps d’une personne décédée est d’environ 200 000 $; le gel de la tête et du cerveau coûte à lui seul 80 000 $. Cette distinction est parfois faite par nécessité ; Pour les décès dont l’intégrité corporelle est compromise (par exemple, les accidents), la congélation complète peut ne pas être possible. Vous devez adhérer au système à l’avance et payer dans une certaine logique d’assurance ; Dans ces calculs, comment vous pouvez deviner combien vous devez payer par mois et combien de mois vous terminerez le paiement complet, cela varie en fonction de votre âge, que vous ayez une maladie chronique ou non. Bien sûr, si vous payez 200 000 $ et que vous mourez dans un accident d’avion, par exemple, Alcor ne peut rien faire. C’est à vous de décider si vous voulez prendre ce risque ou non.
Terminons l’article par la dernière phrase du journal d’Abidin Dino, qui a écrit et tenu un journal presque tous les jours pendant sa maladie : Mort ? Quelle invention ! [4].

* Université Baskent,
Faculté des sciences et des arts,
Département de psychologie

[1] Aurelije, M. (MS169 / 2020). Pense pour toi même. (Traduit par Y. Emre Ceren). Publications de l’Isbank turque.
[2] Sandars, NK (1972). L’épopée de Gilgamesh. Classiques de pingouins.
[3] Shelly, M. (1818 / 1999). frankenstein Wordsworth Classics.
[4] En ligneDino, A. (2005). Est-ce la mort ? Quelle invention ! Publication des crues.

Pourquoi BirDay ?

En tant que journal indépendant, notre objectif est de contribuer à la création d’un véritable climat de démocratie et de liberté dans le pays en transmettant la vérité au peuple. Pour cette raison, nous utilisons les revenus que nous recevons des abonnements pour effectuer un meilleur journalisme et permettre à nos lecteurs de trouver des informations de meilleure qualité et plus fiables. Parce que nous n’avons pas de patron dont nous devons gonfler le compte en banque ; heureusement qu’il ne l’a pas fait.

Désormais, nous poursuivons notre chemin avec le même sens des responsabilités.

Pour nous rejoindre dans ce voyage et ne pas manquer un seul jour

Abonnez-vous à BirGün aujourd’hui.

Un jour; fort avec vous, libre avec vous !

Soutenez BirGün

Vers notre chaîne YouTube pour les actualités vidéo s’abonner

Leave a Comment