La Cour suprême a confirmé les peines prononcées lors du procès du 10 octobre, ignorant les recours des institutions

Birkan BULUT/EVRENBEL

10 octobre Massacre à Ankara Cassur les objections aux décisions prises dans Cour suprême La troisième chambre criminelle a annoncé sa décision. La Cour de cassation a ignoré les demandes d’appel des partis politiques, des syndicats et des organisations de masse en tant que participants à la procédure, affirmant qu’ils n’avaient pas été lésés par le massacre. La Cour suprême d’appel, qui a décidé d’adopter des résultats différents en ce qui concerne les accusés, a corrigé et confirmé les décisions prises pour les infractions pénales de tentative délibérée de meurtre. La décision a décidé d’abroger les dispositions établies avec l’accusation de “tentative de meurtre intentionnel” pour les 12 victimes et de revoir les nouveaux liens de causalité. La Cour de cassation, qui a également demandé la consolidation des dossiers formés contre l’accusé Erman Ekici pour diverses charges à Ankara et Antep, a déclaré qu’Ekici devait également être jugé pour l’infraction pénale de tentative de renversement de l’ordre constitutionnel. La commission du barreau pour l’affaire du massacre d’Ankara du 10 octobre a déclaré : « Si les dispositions sur la libération conditionnelle sont appliquées, certains des auteurs du massacre d’Ankara du 10 octobre seront libérés très bientôt ! ​​Cette affaire ne sera pas terminée tant que nous n’aurons pas dit qu’elle était terminée ! fait une déclaration.

INSTITUTIONS PARTICIPANTES Négligées

La troisième chambre criminelle de la Cour suprême d’appel a examiné les recours déposés après les décisions rendues dans l’affaire du massacre d’Ankara du 10 octobre et a annoncé sa décision. La troisième chambre criminelle de la Cour suprême d’appel a rejeté l’appel interjeté par KESK, DİSK, TMMOB, TTB, HDP, CHP, Centres sociaux, Association pour les droits de l’homme et Association pour la paix et la solidarité le 10 octobre, dont les membres ont perdu la vie ou ont été tués et blessés dans le massacre, en tant que participant.

Dans la décision, le verdict de culpabilité des accusés Yakub Şahin, Hakan Şahin, Hacı Ali Durmaz, İbrahim Halil Alçay, Resul Demir, Hüseyin Tunç, Talha Güneş, Abdülmubtalip Demir et Metin Akaltın pour tentative de renversement de l’ordre constitutionnel et intentionnelle meurtre; la condamnation des accusés Yakub Şahin, Hüseyin Tunç, Abdülmubtalip Demir, Metin Akaltın et Burak Ormanoğlu pour le crime de possession ou d’échange non autorisé de marchandises dangereuses ; condamnation des accusés Metin Akaltyn et Burak Ormanoğlu pour violation de la loi no. 6136 (détention, achat ou port d’armes sans permis, couteaux ou balles); Il a été déclaré que la condamnation des accusés Burak Ormanoğlu, Suphi Alpfidan, Mehmedin Baraç, Yakup Karaoğlu, Nihat Ürkmez, Abdulhamit Boz et Yakup Yıldırım pour appartenance à une organisation terroriste armée a été confirmée.

CONFIRMATION AVEC LA CORRECTION “SEULEMENT TENTATIVE DE MEURTRE”

Dans la décision, une correction technique a été apportée concernant les accusés Abdülmubtalip Demir, Burak Ormanoğlu, Hacı Ali Durmaz, İbrahim Halil Alçay, Resul Demir, Talha Güneş et Yakub Şahin, et l’épouse de l’accusé İbrahim Halil Alçay. La Cour suprême d’appel, “tentative de meurtre intentionnel sur la base de la peine de base déterminée lors de la détermination de la condamnation, conformément à l’article 5 alinéa 1 de la loi n° 3713, 35 alinéa 2 du Code pénal, après une majoration réduite de moitié conformément à Article 35, paragraphe 2. TCK, parce que l’action de l’accusé est restée dans la phase du procès, a confirmé la décision avec l’ajout de la phrase “les accusés qui ont agi avec discrétion et témoigné, 379 fois à être condamnés à 18 ans de prison”.

LA DÉCISION SERA RÉPÉTÉE À LA MORT DE BUDAKO

La décision a également décidé d’annuler les verdicts rendus sur les accusations de tentative délibérée de tuer les accusés Yakub Şahin, Hakan Şahin, Hacı Ali Durmaz, İbrahim Halil Alçay, Resul Demir, Hüseyin Tunç, Talha Güneş, Abdülmubtalip Demir et Metin Akaltın, sur la base de la situation des 12 victimes. .

La décision précise que Mustafa Budak, qui a été grièvement blessé dans le massacre, a été soigné pendant longtemps ; Rappelant qu’en raison de l’explosion, selon le rapport du médecin, il est resté invalide à 99% pendant le traitement et est décédé le 25 juin 2017, il a été déclaré qu’il était nécessaire d’établir s’il existe un lien de causalité entre la mort de Budak et ses blessures. dans le massacre et prendre à nouveau une décision.

Il a été déclaré qu’une relation directe de cause à effet avec le massacre devait être établie et qu’un nouveau verdict devait être rendu concernant la tentative délibérée d’assassinat d’environ 11 personnes, dont Budak, blessées loin de la bombe, qui signalés à l’hôpital pour diverses raisons ce jour-là même s’ils n’avaient rien à voir avec le rassemblement, et ceux qui sont tombés malades après avoir appris la nouvelle de l’explosion.

ANNULER LA DÉCISION POUR L’ACCUSÉ ERMAN EKICI

La troisième chambre pénale de la Cour suprême d’appel a également annulé le verdict contre Erman Ekici pour avoir fondé et dirigé une organisation terroriste armée. Après examen des données et des documents des dossiers sur Ekici, la Cour suprême d’appel a déclaré qu’Ekici, qui n’a pas été poursuivi pour avoir tenté de renverser l’ordre constitutionnel, devrait également être jugé pour cette accusation. La Cour suprême a déclaré que les dossiers ouverts contre Ekici sur diverses accusations à Ankara et Antep devraient également être consolidés. La Cour de cassation a décidé de rejeter la demande de libération d’Erman Ekici, compte tenu des motifs de l’annulation, du montant de la peine, des preuves jusqu’à présent et du temps passé en garde à vue.

“SI LES DISPOSITIONS SUR LA CONDITION CONDITIONNELLE SONT MIS EN ŒUVRE, CERTAINES PERSONNES SERONT LIBÉRÉES”

Le 10 octobre, la commission du barreau de l’affaire du massacre d’Ankara a évalué la décision sur le compte de réseau social après que la Cour suprême a annoncé sa décision. Les avocats ont déclaré : « Si les conditions de libération conditionnelle sont appliquées, certains des auteurs du massacre d’Ankara du 10 octobre seront libérés très bientôt ! ​​Cette affaire ne sera pas terminée tant que nous n’aurons pas dit qu’elle est terminée ! Il a dit.

La déclaration de l’avocat est la suivante :

“Dans l'”affaire principale” du massacre du 10 octobre à Ankara, la Cour suprême a rendu sa décision aujourd’hui : la Cour suprême n’a pas considéré le massacre comme un “crime contre l’humanité” ! La décision contient nos exigences concernant la responsabilité de l’État et du public. ” La Cour suprême d’appel, qui a décidé de rejeter toutes nos demandes, a annulé la décision indiquant qu’elle devait être jointe au procès dans le dossier du fugitif de l’accusé Erman Ekici. La décision a été confirmée pour le deuxième prévenu. Si les conditions de libération sont appliquées, certains des auteurs du massacre d’Ankara le 10 octobre seront libérés très prochainement ! Cette affaire ne sera pas terminée tant que nous n’aurons pas dit qu’elle était terminée !”

Leave a Comment