Aym annule à l’unanimité la cession du port sans appel d’offres depuis 49 ans : Incompatible avec les principes de libre concurrence et d’égalité

SINAN TARTANOGLU

Cour constitutionnelle, à la demande du CHP ; Il a abrogé la réglementation légale qui étendait la durée des contrats de moins de 49 ans, conclus par la privatisation de certains ports par l’octroi ou le transfert de droits d’exploitation, à 49 ans sans appel d’offres. Des ports tels que Mersin, Iskenderun, Antalya, Galataport, Cesme, Marmaris ; Concernant le règlement qui prévoit l’extension des droits commerciaux repris par des sociétés telles que LİMAK, AKFEN, Ciner, Albayrak et Doğuş holding et QTerminals du Qatar, la Cour constitutionnelle a jugé qu’il est “incompatible avec les principes de libre concurrence et d’égalité”. qui devrait prévaloir dans la privatisation, et peut empêcher la réalisation des valeurs réelles de privatisation des ports soumis à la règle.”

Un article temporaire a été ajouté à la loi sur les pratiques de privatisation avec la loi sur les sacs adoptée par la Grande Assemblée nationale de Turquie en janvier 2022.

Avec une clause temporaire; À la suite de la privatisation de certains ports appartenant à la Société des entreprises maritimes turques et aux Chemins de fer nationaux par le biais de la cession/transfert des droits d’exploitation, la durée des contrats d’une durée inférieure à 49 ans pourrait être étendue à 49 ans.

Afin de mener à bien un processus d’extension ne faisant l’objet d’aucun nouvel appel d’offres de privatisation ; toutes les obligations financières découlant de l’ancien contrat devaient être remplies sans signer de contrat supplémentaire et renoncer aux poursuites, le cas échéant.

Le CHP SOUMET UNE DEMANDE EN ANNULATION à la Cour Constitutionnelle

Le CHP a demandé à la Cour constitutionnelle d’annuler le décret. Dans la requête de candidature du CHP, il était indiqué que la voie était ouverte pour une prolongation « non compétitive » du contrat pour une durée inférieure à 49 ans.

“RÉGLAGE INDIRECT”

Dans sa décision du 20 juillet 2022, la Cour constitutionnelle a abrogé le règlement. Dans la décision d’annulation, qui a été adoptée à l’unanimité, les appréciations suivantes ont été données :

“La règle permet aux ports qui pourraient être soumis à la pratique de la reprivatisation, puisqu’à la fin des termes des contrats de privatisation, ils retrouveront leur statut juridique d’avant la privatisation, d’assurer la poursuite du droit d’exploitation après la privatisation en cours. période, c’est-à-dire de privatiser indirectement en prolongeant la durée des contrats de privatisation Ceux qui peuvent être parties à la privatisation indirecte sont limités aux parties aux contrats de privatisation existants.

« INCOMPATIBLE AVEC LES PRINCIPES DE LIBRE CONCURRENCE ET D’ÉGALITÉ »

Le fait que d’autres personnes consentantes ne soient pas impliquées dans ce processus est incompatible avec les principes de libre concurrence et d’égalité qui devraient prévaloir dans la privatisation et peut empêcher la réalisation de la valeur réelle de privatisation des ports soumis à la règle. A savoir, si les ports font l’objet d’une reprivatisation à la fin de la période de privatisation, toute personne qui satisfait aux exigences de la loi no. 4046 aura la possibilité de devenir partie au contrat de privatisation dans les termes de l’appel d’offres, mais cette possibilité est généralement exclue.

ÖZKOÇ : “IL EST PROLONGÉ EN MÊME TEMPS POUR LE GROUPE DE 5”

Vice-président du groupe CHP Engin Özkoç, lors de l’examen du projet de loi contenant ledit règlement à l’Assemblée générale de la Grande Assemblée nationale de Turquie ; Il a dit:

“Les ports en Turquie font l’objet d’appels d’offres et sont attribués. Une fois les ports attribués, ils ont des délais. Il reste cinq ans, sept ans, trois ans jusqu’à la fin de la période d’appel d’offres pour les ports, mais y a-t-il des inquiétudes quant au changement de pouvoir en Puissance?

Qataris dans le port d’Antalya. Combien de temps la République de Turquie nourrira-t-elle les Qataris ? Nous avons donné 25 ans à Tank Palette. Ils voulaient produire et nous donner les réservoirs dans les 18 mois. 3,5 à 4 ans se sont écoulés, ni le char ni l’Ethem Sancak ni l’armée qatarienne, mais les capacités du Tank Pallet sont utilisées par le Qatar.

Est-ce du nationalisme, est-ce du patriotisme, est-ce que c’est derrière la nation ? Maintenant que faire? Une fois de plus, le mandat de 49 ans du Qatar dans le port d’Antalya touche à sa fin. Alors, pour qui d’autre étaient-ils faits ? Ils sont également agrandis pour un gang de 5. Et un gang de 5… Le port d’Istanbul, actuellement géré par Limak, est en cours d’extension de 2048 à 2061. L’activité portuaire d’Albayrak Holding est réalisée depuis 49 ans. Groupe Ciner… Qu’est-ce qu’un Ciner ou un ami Ciner, ils ne pourraient pas manger une nation. Pourquoi le leur donnons-nous? Nous donnons à Cinera, Qatar, nous donnons à Limak, nous ne donnons pas aux retraités, nous ne donnons pas à la nation, nous ne donnons pas aux travailleurs, pourquoi pas ? Seuls l’Alliance populaire et le président en sont responsables. En tant que Parti républicain du peuple, nous résisterons jusqu’au bout, nous serons les représentants de la nation, pas une poignée de riches. »

Leave a Comment