Les pare-feux sauvent des milliers d’hectares des cendres

Lorsque l’effet du vent fort s’ajoute aux températures élevées dues au début des mois d’été, le travail intensif des employés de la Direction générale des forêts se poursuit à plein régime dans les zones où le risque d’incendie de forêt est accru. . Dans la lutte contre les incendies de forêt, les routes coupe-feu et les routes sont tout aussi importantes que les interventions des équipages aériens et au sol. Grâce aux routes et voies de sécurité forestière, qui ont joué un rôle important dans la maîtrise de l’incendie de forêt qui s’est déclaré dans le district d’Akhisar à Manisa le 24 juillet, et aux efforts supérieurs du personnel de la Direction générale des forêts, l’incendie a été maîtrisé sous contrôle sans endommager davantage les blocs de forêts et les habitations.

Le chef de l’opération forestière Çağlak Esma Baykara, qui a fait des déclarations à l’agence de presse İhlas au sujet de la route du feu, qui est l’un des points les plus importants de l’incendie et où l’incendie a été maîtrisé, a déclaré que les routes et les voies de circulation sont à l’abri du feu. faciliter l’intervention et les conditions difficiles. Il a dit que le personnel qui est intervenu sous ses ordres a poussé un soupir de soulagement.

“Cela nous a facilité l’intervention”

Esma Baykara, ingénieure forestière, responsable des opérations forestières de Çağlak chez Akhisar Enterprise, affiliée à l’administration forestière régionale d’Izmir, a déclaré : « Nous sommes l’un des fronts les plus importants de l’incendie de forêt qui s’est déclaré dans le district d’Akhisar le 24 juillet. Le facteur qui rend cet endroit important est que nous avons des blocs de forêts et des villages ruraux. La route de sécurité incendie sur laquelle nous nous trouvons a grandement facilité notre intervention. Grâce aux efforts de notre personnel, nous avons maîtrisé ce front.

“Des espèces résistantes au feu sont plantées sur les bords des routes”

Donnant des informations techniques sur la sécurité incendie sur les routes et les voies, Baykara a déclaré :
“Les routes et voies coupe-feu sont nos routes nues qui sont construites avec des obstacles naturels et artificiels avant qu’un incendie ne se déclare et ne contiennent généralement pas de matériaux inflammables. Leur largeur varie de 6 à 15 mètres. Lors de la pose, la priorité est donnée aux essences résistantes au feu, c’est-à-dire aux essences difficiles à brûler comme le cyprès par rapport au bord de la bande. L’Administration générale des forêts prévoit des routes et chemins de lutte contre l’incendie afin de faciliter la lutte contre les incendies dans les zones sensibles lors des feux de forêt et d’empêcher la propagation des incendies de forêt qui se produisent dans des conditions normales. Les routes coupe-feu et les routes sont débarrassées des matériaux combustibles chaque année avant la saison des incendies dans le cadre de la gestion des risques, et le sol minéral est exposé pour empêcher la propagation du feu. Ces routes et autoroutes sont principalement notre ligne de défense pour empêcher le feu de se propager. Cela se fait généralement sur des crêtes, ces objets sont les endroits défensifs les plus appropriés pour éteindre les incendies en raison de la réduction de la vitesse du flux d’air. Un autre but est de créer une barrière mécanique. Un autre pilier du triangle du feu est le matériau combustible. Comme ces routes et chemins ne contiennent pas de matériaux inflammables, ils créent une barrière mécanique au feu. Enfin, l’un de ses objectifs est le transport. L’une des questions les plus importantes en cas d’incendie est l’intervention rapide. Bien que le problème soit minimisé avec les interventions aériennes, les équipes au sol doivent intervenir dans l’incendie. Nous utilisons abondamment les routes forestières ainsi que les autoroutes pour que ces équipes arrivent sur les lieux de l’incendie et répondent à l’incendie, et l’intervention se déroule dans un délai plus court. »

“Les rayures ont été faites en pensant à aujourd’hui”

Soulignant que la zone brûlée a été reboisée en 1996, Baykara a conclu sa déclaration par ces mots : « La zone dans laquelle nous nous trouvons est une zone reboisée qui a été reboisée en 1996. Ces jours sont pris en compte lors du placement des bandes ici. Cela a donné une bouffée d’air frais au personnel de la Direction générale des forêts, qui se battait dans des conditions difficiles lors des incendies de forêt qui se sont déclarés des années plus tard, mais ils se battaient dans des conditions vraiment difficiles. Ceci n’est qu’un exemple de l’expérience et de la prévoyance de la Direction générale des forêts, qui est l’une des organisations les mieux établies de notre pays. Nous demandons aux citoyens d’écouter nos avertissements, d’être plus prudents lors de l’utilisation du feu dans et autour de la zone forestière et de signaler la moindre fumée qu’ils voient en appelant les lignes téléphoniques 177 et 112.

La balise news n’est pas définie.

Leave a Comment