Rapport de la Commission européenne sur l’analyse comparative de l’administration en ligne pour 2022 et la Turquie

Un nouveau rapport d’évaluation comparative de l’e-gouvernement, réalisé par la Commission européenne dans le cadre d’une recherche en cours, a récemment été publié. Dans le rapport 2022, qui traite des données pour 2020 et 2021, il y a des notes pour un total de 35 pays, dont 27 États membres de l’UE, des pays candidats et membres de l’Association européenne de libre-échange, et des moyennes européennes.[i] Ce rapport est un suivi important pour ceux qui suivent les étapes de la numérisation, car il traite de la numérisation rapide des services publics pendant la période de pandémie. Il est en fait précieux car il s’agit d’un rapport indépendant pour voir les étapes réussies de la numérisation de la Turquie pendant la période de pandémie et les efforts du Bureau présidentiel pour la transformation numérique.

Ces rapports, évaluations et comparaisons font partie des travaux menés par des organisations supranationales et internationales depuis des années. Diverses organisations telles que le Forum économique mondial, les Nations Unies, l’Union internationale des télécommunications et la Commission européenne préparent de tels rapports. Du point de vue de la Turquie, dans les comparaisons internationales du Forum économique mondial sur les technologies de l’information (2003-2004), la Turquie était classée 50e sur 82 pays en 2002-2003 et 56e sur 102 pays lorsque 2003-2004 est pris en compte.[ii] Après cette période, il est possible de suivre des efforts accélérés dans l’étude de l’e-gouvernement. Les initiatives e-Turquie mises en œuvre dans le cadre des études Europe+, le Département de la société de l’information créé au sein de l’Organisation nationale de planification et le plan d’action de l’initiative e-Turquie mis en œuvre en 2003 sont quelques-unes des étapes pionnières et importantes. Grâce à ces efforts, le processus de fourniture rapide de services électroniques a été initié dans de nombreuses institutions publiques de 2003 à 2005.

Dans le processus qui suit, le plan d’action eTransformation Turquie, la stratégie et le plan d’action de la société de l’information pour la période 2006-2010, la stratégie et le plan d’action de la société de l’information pour la période 2015-2018, et la création du Bureau pour la transformation numérique de la présidence après la transition vers les gouvernements du système présidentiel après 2018 peut définir comme un carrefour important. Bien sûr, il convient de noter qu’entre et pendant ces périodes, de nombreux plans d’action sous-rubriques, stratégies et plans d’action concernant différentes technologies ou cybersécurité, et de grands projets ont été réalisés. Alors, où tous ces événements ont-ils amené la Turquie dans les comparaisons internationales, où mène-t-elle ? Ici, le rapport 2022 est une évaluation importante à cet égard.

Le rapport de la Commission européenne sur l’évaluation de l’administration en ligne pour 2022 examine un total de 2 852 institutions publiques de 35 pays. Parmi celles-ci, 1188 sont centrales, 426 sont régionales et 1238 sont des institutions étatiques locales. Dans le cadre de la recherche, plus de 14 000 sites Web ont été examinés, les services numériques et les applications mobiles ont été discutés et la communication mutuelle a été évaluée à l’aide de la technique du client mystère. Bien que le rapport traite principalement des dimensions de l’orientation vers l’utilisateur, de la transparence, de l’accès de base et de la fourniture de services transfrontaliers, il aborde également des questions telles que le transport, la santé, la réinstallation et l’accès à des affaires juridiques simples dans la vie quotidienne. Outre la relation entre les citoyens et l’État, parmi les sujets évalués dans le rapport figurent les relations entre les entreprises et l’État.

Le taux de maturité moyen de l’e-gouvernement dans les pays couverts par le rapport est de 68%, alors qu’en Turquie il est de 72%. La Turquie est à la 16ème place avec ce ratio. Ce classement passe au 12e rang dans le sous-score de la participation aux politiques publiques sous la sous-rubrique Transparence. En particulier, la capacité de participer aux processus d’élaboration des politiques induite par la numérisation rapide semble être encore mieux utilisée que les services généraux à cet égard.

En revanche, la Turquie occupe la 14e place pour l’orientation utilisateur, qui évalue les possibilités d’accès plus facile et plus rapide. En tenant compte des résultats de l’enquête 2020 de la Commission européenne à titre de comparaison, il est évident que la Turquie se classe au 29e rang sur 34 pays en termes de fourniture de services électroniques, en raison d’un score national élevé de fourniture de services, mais d’un score faible en termes de zone de service pour l’international. utilisateurs, alors que ce classement s’accélère vers le haut. D’autre part, dans l’évaluation de 2020, il convient de souligner que la Turquie a obtenu un score supérieur à la moyenne dans des sous-catégories telles que la convivialité, l’orientation utilisateur et les taux de prestation de services nationaux.[iii]

Il a été observé que 84% des services centraux sont passés en ligne dans les pays inclus dans le rapport 2022, alors que ce taux reste à 60% dans les gouvernements locaux. En ce qui concerne la Turquie, on peut dire qu’un sérieux succès a été obtenu dans la fourniture de services centraux, mais dans les évaluations générales, il est révélé que les gouvernements locaux suivent le centre derrière.

La moyenne des États membres de l’UE en termes de taux d’accès à Internet, qui est considéré comme un sous-titre de la numérisation, est de 71 % dans le rapport. Si seules les données des pays membres sont comparées sous cette rubrique, il convient de rappeler que selon les données de la Turquie pour 2021, le taux d’accès à Internet dans les ménages est de 92%, et le taux d’utilisation individuelle d’Internet est de 82,6%.[iv] Il convient de souligner ici que l’Enquête sur les technologies de l’information auprès des ménages montre une augmentation exponentielle du taux d’accès à Internet et d’utilisation d’Internet depuis 2004. Le taux de ménages disposant d’Internet, qui était de 18,8 % en 2004, est passé à 92 % en 2021. Malgré une population croissante, atteindre ce taux de pénétration élevé est une réalisation importante. En comparant l’enquête auprès des ménages ayant accès à Internet et des individus ayant utilisé Internet après 2011, on constate que le taux d’accès a presque doublé au cours des dix dernières années.

En ce qui concerne les résultats globaux pour l’année 2022, Malte occupe la première place avec un taux de réussite de 96 %, la deuxième place est l’Estonie avec 90 % et la troisième place est le Luxembourg avec 87 %. L’Islande, les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark et la Lituanie suivent. Comme on peut le voir, le taux de réussite des pays peu peuplés est généralement plus élevé. En revanche, la Turquie a obtenu de grands succès dans les trois principales catégories d’évaluation des événements vitaux liés aux services de la vie quotidienne. La Turquie est arrivée en tête avec 94,26 points avec ma demande de résidence. La moyenne globale sur ce périmètre est de 71. La Turquie est suivie par les pratiques de la Lettonie et du Luxembourg. La pratique du logement est incluse comme exemple de bonne pratique dans le rapport, et il est souligné que de très bonnes infrastructures et capacités d’accès ont été réalisées malgré la grande population et la vaste zone d’influence. En revanche, il s’est classé 4ème avec un taux de réussite de 87,26% réalisé avec l’application e-Nabız. Le module Mes outils, quant à lui, a pris la neuvième place avec une moyenne de 79,3 points. Les trois services sont inclus dans le rapport en tant qu’exemples de bonnes pratiques. De plus, la Turquie est classée 5e en termes d’accès aux procédures judiciaires simples.

Lorsqu’une évaluation générale est faite au regard du rapport, l’Allemagne, la France et l’Italie, qui peuvent être considérées comme plus proches de la Turquie en termes de population et de taille géographique, sont restées à l’arrière-plan tant en termes de succès global de la numérisation que des sous-services . Il a également été démontré que les institutions publiques centrales fonctionnent mieux que les gouvernements locaux. Le succès de la Turquie à cet égard est louable. Ce succès a été contribué par la contribution de la plateforme Digital Turkey, qui s’est rapidement améliorée et a élargi la portée de ses services pendant la période de pandémie. Turkey.gov.tr, qui est devenu une interface utilisée par plus de soixante millions d’utilisateurs, et dont 887 institutions offrent près de sept mille services, est le fruit d’un énorme effort. Outre des institutions telles que le ministère des Transports et des Infrastructures et TÜRKSAT, qui travaillent d’hier à aujourd’hui, le sponsor actuel de la plateforme Digital Turkey, la présidence du Bureau de la transformation numérique de la présidence TR, a son mot à dire dans ce domaine. succès en tant qu’acteurs importants. Ces institutions ont une grande responsabilité pour assurer la pérennité et l’amélioration de ce succès. En tant que “leader de la transformation numérique publique” et “avec autorité, devoir et responsabilité dans le domaine de l’e-gouvernement”, le Bureau de la transformation numérique de la présidence sera le principal acteur qui améliorera et renforcera la position de la Turquie dans le monde de numérisation. Par conséquent, le soutien de toutes les institutions publiques dans ce processus augmentera les chances de succès de l’Office, et donc de la Turquie. Félicitations et merci à l’Office pour la Transformation Numérique avec l’espoir que toutes les institutions et organisations publiques puissent suivre cette accélération…

[i] Commission européenne, eGovernment Benchmark 2022, (2022), 11 août 2022, https://digital-strategy.ec.europa.eu/en/library/egovernment-benchmark-2022

[ii] DPT, projet e-transformation Turquie 2003-2004. Résultats de la mise en œuvre du KDEP i

Plan d’action 2005, (2005), 10 juillet 2022, https://webdosya.csb.gov.tr/db/cbs/icerikler/2005-20180522115122.pdf, p. 8

[iii] Commission européenne, eGovernment Benchmark 2020, (2020), 11 août 2022, https://ec.europa.eu/newsroom/dae/document.cfm?doc_id=69459

[iv] TurkStat, Institut statistique turc, Enquête sur l’utilisation des technologies de l’information par les ménages (2021), 20 juin 2022, https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index?p=Hanehalki-Bilisim-Teknolojileri-(BT )-Using- Recherche-2021-37437

Leave a Comment