Le parti IYI a présenté son plan d’action économique intitulé ‘stabilité économique et développement inclusif’

Lors de la réunion où son parti a présenté le Plan d’action pour la stabilité économique et la croissance inclusive, le président du parti IYI pour la politique économique, Bilge Yılmaz, a expliqué les problèmes liés à six domaines politiques fondamentaux de l’économie et a proposé des solutions couvrant plusieurs mois après son arrivée au pouvoir.

Les principales directives et recommandations du Parti IYI sont les suivantes :

POLITIQUE MONÉTAIRE

*”Les citoyens, le monde des affaires et les investisseurs étrangers ont retiré leur épargne de TL depuis 2011, il faut lutter contre la dollarisation.

* L’inflation a très sérieusement dévié des pays en développement similaires en 2018 et l’année dernière, il n’est pas correct de dire que l’inflation a augmenté partout dans le monde, la raison de l’inflation élevée est une mauvaise politique monétaire…

*Dommage que les réserves de HBRT soient négatives…

*L’inflation est très élevée et les anticipations inflationnistes ne sont pas prises en compte ; un ciblage global de l’inflation sera adopté et la trajectoire de désinflation trimestrielle sera communiquée au public.

*Nous reviendrons aux politiques sensées qui sont acceptées dans le monde entier.

* La pression sur les banques privées cessera, les banques publiques ne pourront pas intervenir dans la politique monétaire.

*La Banque centrale ne travaillera que dans le cadre de son mandat légal ; Elle se retirera de tâches telles que la réduction du déficit du compte courant, ce qui n’est pas de sa compétence.

*La répartition des votes des membres PPK sera publiée et les informations partagées avec les membres PPK seront partagées avec le public.

*La structure du capital de HBRT et le transfert des bénéfices au Trésor seront revus, des bénéfices fictifs ont été transférés au Trésor, cela sera évité et une recherche rétrospective sera menée.

*Afin de ne pas revivre les expériences désagréables de CBRT ces dernières années, il est nécessaire d’écrire l’histoire.

* Les problèmes accumulés dans le secteur bancaire à la suite d’une mauvaise politique monétaire, nous lancerons un programme de contrôle de la qualité des actifs.

*On peut conclure que les banques publiques sont dans une situation difficile en raison des programmes qu’elles mettent en œuvre, si nécessaire elles seront recapitalisées, et du personnel qualifié sera amené dans les conseils d’administration.

*Les banques publiques retrouveront leurs fonctions d’origine, Halkbank SME et Ziraat Bank reviendront à l’agriculture, la politique de croissance agressive des banques publiques prendra fin.

*Vous les voyez croître agressivement dans les banques publiques en période électorale ; cela conduit à une mauvaise utilisation des ressources turques.

*L’indépendance de BRSA, CMB, SDIF sera renforcée ; Du personnel qualifié selon les normes internationales sera employé.

PLAN D’ACTION FINANCES PUBLIQUES

* Le processus de reprise ici sera un peu plus long par rapport à la politique monétaire et à la CBRT.

*Le ratio déficit budgétaire et dette publique sur PIB ne cesse de croître ces dernières années, nous portons de la dette hors budget, ces montants ne sont toujours pas incontrôlés.

* Cependant, malgré l’augmentation de la dette, le clou n’a pas été enfoncé, la charge financière du KKM atteint 2 à 3 % du PIB, mais nous n’enfoncerons pas le clou à notre tour.

*La stratégie d’emprunt est mauvaise, nous avons commencé à emprunter en devises étrangères en 2018, puis nous avons changé d’avis et dévalué la livre turque, et nous avons doublé la dette sans enfoncer un seul clou en retour.

*Le fonds immobilier sera supprimé.

* (Dès que possible) Les emprunts en or et indexés de la même manière seront interrompus, les prêts en TL prévaudront.

*Les projets de Partenariat Public-Privé (PPP) seront examinés d’ici quelques mois et le public sera informé.

*L’Etat reste fidèle à ses obligations, mais s’il y a corruption dans le PPP, s’il y a acquisition illégale de droits, il est du devoir de la combattre.

* Les pertes subies dans le PPP seront recouvrées auprès des responsables.

*Depuis 2010, la compétence a été confiée à d’autres ministères du Trésor, les plafonds de garantie ont été relevés ; C’est la raison du désastre du PPP dans lequel nous sommes actuellement ; désormais, le pouvoir d’émettre des garanties pour le compte de l’État (projets) sera à nouveau transféré au Trésor.

RÉGIME FISCAL

*Le système fiscal n’est pas une source de revenus, mais un système d’incitations qui orientera les individus et les entreprises vers les bons emplois.

* Les problèmes du système sont l’injustice, la perception des impôts destructrice.

*Les travaux sur la réforme fiscale seront lancés avec toutes les parties prenantes et le conseil des impôts.

*Certains ajustements urgents seront apportés pour assurer l’équité fiscale au cours des deux premiers mois.

*Les amnisties fiscales seront supprimées.

* L’administration fiscale et l’inspection fiscale seront d’abord coordonnées et fusionneront à l’avenir.

EMPLOI

* Très peu de personnes travaillent en Turquie, nous devons créer des zones pour que nos personnes travaillent pour s’enrichir.

*Nous sommes en retard par rapport à des pays similaires, mais le tableau est pire qu’il n’y paraît, un quart des employés travaillent dans le gouvernement.

* L’emploi des femmes est en retard par rapport aux pays développés, et nous avons un problème très grave chez les jeunes ; Nous sommes bien pires en termes de répartition des revenus et de la richesse que nos pairs.

*La liste des compétences sera créée, la base de données de la main-d’œuvre sera mise à jour.

*Le projet “Wind Rose” sera mis en œuvre dans les écoles et chaque enfant bénéficiera d’un petit-déjeuner et d’un déjeuner.

* Le fonds de chômage est utilisé de manière inappropriée, le gouvernement central a l’attitude qu’il peut être dépensé où il veut, cela sera supprimé.

* Le salaire minimum ne peut pas être un matériau politique, le salaire minimum sera fixé par une formule basée sur des données macro au lieu d’un chiffre unique comme l’inflation.

*Nous accorderons de l’importance à la formation professionnelle; Il existe de nombreuses universités, mais la plupart d’entre elles agissent comme des institutions pour aider les chômeurs, les diplômés ne peuvent pas trouver d’emplois bien rémunérés.

POLITIQUES INDUSTRIELLES

*Nos problèmes : les dépenses pour les incitations sont très élevées, mais les résultats sont insuffisants, nos entreprises ne peuvent pas dépasser la moyenne échelle et atteindre la grande échelle requise, les exportations basées sur la technologie n’augmentent pas.

*En Turquie, il existe un système qui est actuellement aux prises avec des données. Un nouvel institut sera créé, l’Institut d’analyse d’impact des politiques publiques, qui collectera et consolidera les données de manière saine.

* TURKSTAT sera indépendant, mais la politique industrielle sera tissée autour des données de cet institut.

* L’efficacité sera ciblée dans les programmes incitatifs.

POLITIQUE DE COMMERCE EXTÉRIEUR

*La politique de commerce extérieur actuelle n’a pas une vision au service de la transformation structurelle de la Turquie.

*La structure du syndicat des exportateurs sera révisée et les mécanismes de répartition des rentes seront désactivés en raison de pressions politiques.

*Le ministère du Commerce sera divisé en trois sous-secrétariats, et le sous-secrétariat au Commerce extérieur luttera contre les mesures protectionnistes qui menacent les exportations et les importations qui entraînent une concurrence déloyale.

*Les négociations sur la modernisation de l’union douanière de l’UE vont commencer.

Leave a Comment