nous sommes rentrés à la maison

Le groupe pop-rock Eighty-Dört s’est réuni après une interruption de trois ans. La chanteuse du groupe, Tuna Velibaşoğlu, aime rentrer chez elle après un voyage long et fatigant.


Photo: BirDay

S’abonner

Actualités de Google

Erkin Can Seyhan

L’un des groupes de pop-rock et de rock alternatif devenus célèbres dans le pays, sekendört poursuit le travail pour lequel ils ont annoncé une pause peu avant la pandémie. Faisant une pause dans leur tournée pour réaliser leurs projets solo juste avant la pandémie, le groupe se réunit trois ans plus tard avec son premier line-up, composé d’Arif Erdem Ocak à la guitare, İsmail Okan Özen à la basse, Serter Karadeniz à la batterie et Tuna Velibaşoğlu sur le chanteur. De plus, le groupe sortira prochainement trois nouvelles chansons qui sont actuellement en cours d’enregistrement à l’étranger. Ayant touché un large public, notamment la jeune génération, avec leurs chansons populaires telles que Je meurs de nostalgie, Non, triste vie, Je me suis menti et Le temps passe, le groupe s’apprête à célébrer les retrouvailles avec un concert à le Théâtre d’été Harbiye Cemil Topuzlu le mercredi 28.09. Nous avons parlé à la soliste Tuna Velibaşoğlu, qui a répondu à nos questions sur la réunion et les projets actuels de Seçkinört.

Vous avez récemment annoncé vos retrouvailles en donnant une bonne nouvelle. Qu’est-ce que ça fait de se réunir en tant que premier line-up du groupe après une pause de près de trois ans ?

C’est comme rentrer à la maison après un voyage long et fatigant, je suppose. C’est comme retourner dans le quartier et jouer à des jeux, peu importe qui se présente dans votre vie. C’est comme s’assurer de ne pas tomber quand on ferme les yeux et qu’on atteint l’espace.

Lorsque vous vous êtes réunis, où avez-vous décidé de poursuivre votre voyage ? Pouvez-vous nous parler un peu du travail que vous ferez en général ?

Cette partie était vraiment difficile. Nous étions tous comme des bombes prêtes à exploser. Au fil du temps, nous nous sommes tous mieux compris et avons compris ce dont nous avions besoin pour notre musique. Nous avons donc décidé de nous calmer et de souffler un peu. Avant la pause, nous avions de très bons enregistrements en Hongrie. Nous avons pris ces disques et avons rapidement corrigé leurs défauts et les avons préparés à être partagés. Par contre, nous voulions fêter notre arrivée avec nos proches. Pendant des années, nous avions prévu d’organiser un concert à Harbiye. “Maintenant ou jamais!” nous l’avons dit.

Comment la période où vous avez fait une pause dans le travail de groupe a-t-elle affecté votre approche de la musique ? Y aura-t-il des quêtes différentes dans vos nouvelles compositions par rapport à vos chansons classiques ?

Nous nous sommes reposés en groupe en septembre 2019. Après très peu de temps, la pandémie est entrée dans nos vies. C’était une période difficile pour la production, pour la créativité. C’est pourquoi presque tout le monde s’est efforcé de déterminer ce qu’il avait et de le partager le plus rapidement possible. D’un autre côté, l’environnement turbulent dans lequel nous nous trouvions a diminué la vraie valeur de choses que nous considérions comme sans importance avant la pandémie. Dans ce contexte, nous avons décidé dans la nouvelle période de faire des choses dignes de notre nom et de notre marque, d’élever nos objectifs et d’offrir la meilleure expérience de concert possible à notre public.

***

LA MUSIQUE EST NOTRE VIE ET ​​NOTRE FAÇON D’EXPRIMER

Après une interruption de trois ans, le monde de la musique en Turquie se trouve dans une situation encore plus difficile en raison des conditions économiques et politiques. Sans oublier les interdictions et les annulations. Comment expliquez-vous la motivation qui vous a maintenu ensemble dans un environnement aussi difficile ?

La musique est notre mode de vie, notre mode d’expression, notre langage… Même si nous semblons faire autre chose pour survivre, tout ce que nous faisons reste de la musique. C’est pourquoi nous n’avons pas besoin de motivation pour faire de la musique. Notre plus grande motivation pour nous réunir est notre potentiel lorsque nous sommes ensemble et notre amitié profondément enracinée en tant que membres du groupe.

Le concert en plein air de Harbiye le 28 septembre sera le concert de couronnement de vos retrouvailles. Que pensez-vous de ce concert, quel genre de soirée attend le public ?

Croyez-moi, beaucoup de choses qui se passeront lors de ce concert seront une surprise pour nous aussi. Nous sommes dans une période où nous travaillons très fort sur beaucoup de choses. En ce sens, nous ferons de notre mieux pour offrir à nos auditeurs une soirée digne de notre retour. Le programme en Turquie changeant très rapidement, nous essaierons de prendre des décisions importantes et définitives au plus près du concert.

Vers notre chaîne YouTube pour les actualités vidéo s’abonner

Leave a Comment