modèle économique anti-ouvrier

Le premier acte du nouveau Premier ministre britannique, Liz Truss, a été de promulguer des politiques qui transféreraient les revenus des travailleurs aux riches et aux entreprises. Bien que la réglementation énergétique du gouvernement Truss puisse sembler à première vue répondre à des besoins urgents, l’essence de sa politique est toujours axée sur l’octroi d’allégements fiscaux aux riches.


Liz Truss. (Photo : AA)

S’abonner

Actualités de Google

Rae JELEN

La Première ministre britannique Liz Truss, qui vient d’entrer en fonction, a fait son premier grand pas et a annoncé que les factures énergétiques du pays seraient plafonnées à 2 500 £. Cela empêchera le niveau de 3 549 £ prévu par Ofgem pour octobre.

Mais le fait que le coût de 130 milliards de livres sterling de la décision soit couvert par des emprunts publics au lieu de taxer les profits excessifs des compagnies pétrolières a suscité un débat. La taxe que les entreprises paient actuellement sur la surface est de 25 %. Cependant, selon les projections du ministère des Finances, les bénéfices des sociétés énergétiques britanniques devraient augmenter de 170 milliards de livres au cours des deux prochaines années.

RÉDUCTION D’IMPÔT POUR LES RICHES

Si à première vue la régulation énergétique mise en place par Truss semble répondre à des besoins urgents, elle comporte aussi certains risques qui marquent l’agenda économique de Truss. De plus, Truss n’hésite pas à cacher ces risques : l’essence de sa politique, après tout, est de fournir des allégements fiscaux aux riches.

Truss évite de taxer les bénéfices excessifs des sociétés énergétiques car il pense que l’augmentation des impôts réduira les investissements dans la production pétrolière. Mais quand on regarde les données historiques, on s’aperçoit que malgré tous les allégements fiscaux accordés aux compagnies pétrolières, les investissements dans la production pétrolière sont déjà en baisse.

BÉNÉFICES AUX ENTREPRISES

En parlant de réductions d’impôts, Truss ne prévoit aucun «ajustement à l’inflation» dans les tranches d’imposition. Le chancelier de l’Échiquier de l’époque, Rishi Sunak, a décidé de ne pas modifier les tranches d’imposition avant 2026. Cela devrait augmenter les recettes fiscales de l’Échiquier de dix milliards de livres. Les personnes qui gagnent réellement moins seront imposées dans des tranches d’imposition de plus en plus élevées. Truss a déclaré dans une récente interview qu’il serait erroné de juger la politique économique sur la base de la « redistribution ». Cependant, il est évident que la politique qu’il a mise en œuvre a déplacé les revenus des travailleurs vers les riches et les entreprises.

Selon Truss, les réductions d’impôt sur les sociétés résoudront tous nos problèmes. Cependant, il y a peu de preuves suggérant que les réductions d’impôts soutiennent la croissance. Il semble probable que de telles mesures exacerberont le problème plutôt que de le résoudre.

la livre sterling se déprécie

De plus, financer le coût des baisses d’impôts par l’emprunt risque de déprécier la monnaie du pays. Cela pose le risque d’augmenter les coûts d’importation, alimentant l’inflation. La livre sterling est actuellement à un plus bas historique malgré une hausse des taux qui a entraîné une augmentation des coûts d’emprunt pour les ménages.

La politique de Truss consistant à “imprimer de l’argent, laisser le marché faire le reste” n’est pas surprenante compte tenu de la rhétorique des consultants qu’il a amenés avec lui. Ces personnes viennent de groupes de réflexion de droite tels que la Data Taxpayers Association et l’Economic Policy Institute.

Les marchés boursiers battent des records, les prix des logements augmentent, les entreprises distribuent des bénéfices records à leurs actionnaires. En conséquence, l’inégalité des revenus en Angleterre a atteint ses plus hauts niveaux de l’histoire. La richesse des dix pour cent les plus riches du pays est exactement 230 fois supérieure à celle des dix pour cent les plus pauvres.

Le mouvement Don't Pay, lancé en Grande-Bretagne, appelle les citoyens à ne pas payer leurs factures.  (Photo: Ne payez pas)Le mouvement Don’t Pay, lancé en Grande-Bretagne, appelle les citoyens à ne pas payer leurs factures. (Photo: Ne payez pas)

Alors que Truss n’aime pas ces statistiques, la disparité frappante des revenus et de la consommation soulève des questions importantes sur la façon dont les ressources et la consommation sont partagées dans la société. Le sociologue économique Thorstein Veblen a introduit le concept de « consommation ostentatoire » en 1899. La signification de ce concept est que les consommateurs achètent des produits de luxe dans le but « d’afficher leur statut social ». Les réductions d’impôts de Truss sont précisément ce qui encourage de telles habitudes de dépenses. Par exemple, la consommation d’énergie devient proportionnellement beaucoup moins chère pour les riches qui vivent dans de grandes maisons, incitant à la surconsommation. Parce qu’elle encourage une plus grande utilisation de ressources limitées, elle les rend plus chères pour les pauvres.

La New Economy Association (YED) présente une proposition beaucoup moins chère que la proposition de Truss et vise également à soutenir les ménages les plus touchés par la crise énergétique. Contrairement au plan du Premier ministre, il envisage de taxer les bénéfices excédentaires des entreprises et de générer ainsi 22 milliards de livres sterling de revenus. Il est prévu que tous les ménages reçoivent une aide sous la forme d’une “allocation énergétique de base” d’un montant de 8 000 kilowattheures de consommation de gaz naturel et de 2 000 kilowattheures de consommation d’électricité, en plus des recettes fiscales obtenues, et l’excédent sera facturé plus .

Si le cadre proposé par le RIA est mis en œuvre, le problème du manque d’énergie pour 70 % des ménages sera résolu plus efficacement que le cadre présenté par Truss. 80% des ménages connaîtront une augmentation de leur revenu disponible. Près de 90 % des factures énergétiques des 10 % les plus pauvres seront gratuites. Le revenu disponible des 50 % les plus pauvres atteindra à nouveau le niveau d’avril 2021.

PLAN ÉCONOMIE RÉACTIVE

Le plan économique du nouveau premier ministre consiste en une réaction complète. Cela augmentera les inégalités de revenus et gelera les prix de l’énergie, reportant les coûts sur les mois suivants. La politique de “faible taux d’imposition, forte croissance” de Truss stimulera davantage la demande de pétrole, ce qui stimulera la consommation des riches et stimulera la production de produits de luxe. La hausse des prix du pétrole affectera les coûts des intrants et les hausses de prix se propageront à tous les domaines, de l’alimentation aux biens de consommation de base.

En plus de cela, si la proposition antisyndicale de Truss est adoptée, la classe ouvrière recevra un nouveau coup. Les revenus réels des travailleurs ont déjà atteint leur plus bas niveau au cours des cent dernières années. Limiter le droit de négociation collective creusera encore l’écart entre la hausse des prix et des salaires décents. Ce scénario effrayant n’a pas à être réel. Un autre avenir est possible, mais nous devons d’abord nous battre.

Traduit par Fatih Kiyman
Source : Tribune

Vers notre chaîne YouTube pour les actualités vidéo s’abonner

Leave a Comment